"Demain est une autre nuit" – Yann Queffélec

« C’est la famille frangin qui nous a rendu fous »…une quatrième de couverture et un bandeau qui promet des règlements de compte…

..vous rajoutez Yann Queffélec dont je garde le souvenir lointain avec « Noces barbares »…il n’en fallait pas plus pour m’attirer. Pour me titiller avec l’espoir d’un nouveau bonheur de lecture…

Je lisais, j’attendais…

Queffélec et son frère dans une chambre d’hôpital, ne se sont pas vus depuis trente ans. Il est venu le voir : son frère sort d’une opération difficile…

Ils parlent toute la nuit du passé, de tout de rien, de ce qui les a rapprochés ou éloignés, dérangés de temps en temps par l’infirmière désagréable. L’ennui et la fatigue sont là, impossibles à éliminer. Le narrateur se tourne sur son relax pour trouver la bonne position, je tournais les pages, passant de la lassitude à l’ennui… 

J’en suis sorti KO, comme après une nuit blanche passée sur un relax peu confortable, même les changements de position du narrateur, même les changements de chapitres n’y feront rien…j’en suis sorti fatigué, heureux de retrouver une autre lecture…

Gueule de bois…nuit de crachin breton !

Éditeur : Calmann-Levy – 2019 – 190 pages


Présentation de Yann Queffélec


Quelques lignes

  • « On ne s’embrasse pas, dans la famille, entre hommes. On s’en serre cinq les yeux dans les yeux. Je dis bonsoir à mon frère qui m’attrape la main…une poignée de mains assortie d’un regard étrange, un peu fou. » (P. 18)
  • « Une si belle famille, un sac de nœuds sans fond….Tu es « sac » ou tu es « nœud », reste le, tête de nœud ! Et ne compte pas sur elle pour te dénouer….Pour te remonter si tu coules à pic. Mais si tu ne coules pas, gare à elle, je la plains, la violence change de camp . » (P. 58)
  • « La prédatrice est une poubelle, la prédatrice est une ordure, la prédatrice est un faon, la prédatrice est une grand-mère, la…..[…] La prédatrice est la famille, frangin….c’est elle, la veuve noire, c’est la famille qui nous a mordus et perdus. Tu n’es pas d’accord? Ta bonté te perdra. » (P. 144)
  • « Nous étions devenus deux étrangers à nous-mêmes, deux étrangers aux autres, deux inconnus buttant sur des projets qui prenaient la mer tous les matins sur un bateau qui refusait d’exister, qui vola en éclats sitôt qu’il crut exister. » (P. 147)  

2 réflexions sur “"Demain est une autre nuit" – Yann Queffélec

  1. Tu n’avais vraiment rien à dire 🙂 J’ai lu deux romans de Queffelec : Noces barbares et Disparue dans la nuit. Le premier, déjà, m’avait émue profondément. Après la lecture du 2°, insupportablement douloureux tellement chargé d’émotion, je me suis juré de ne plus jamais lire ses romans. Celiu-ci, manifestement, ne me ferait pas le même effet !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s