« Kaboul était un vaste jardin » – Omar Qais Akbar

Il n’est pas écrivain, mais marchand de tapis, comme son grand-père l’était….de tapis Afghans bien sûr …

Il n’est pas romancier, ce livre n’est pas sorti de son imagination, mais de sa vie….

Il n’en est que plus terrible!J’y suis entré sur les conseils d’un ami lecteur, jardinier, grand voyageur, etc…Merci, tu te reconnaîtras…

Tu m’as offert un voyage magnifique, un éclairage terrifiant sur cet Afghanistan sous le joug de ces factions hostiles entre elles, qui s’appelèrent « soldats de Dieu », »moudjahidin », « fous de Dieu », « talibans », Dieu mis à toutes las sauces selon les époques ….de ces fanatiques religieux, de ces ignares voulant détruire ce passé, cette culture et cette civilisation au nom de leur idéologie, de leur folie…tu m’as aussi offert un voyage sur l’âme afghane, sur l’honneur afghan, sur l’hospitalité de ses habitants. Lire la suite

« Une Antigone à Kandahar » – Joydeep Roy-Bhattacharya

Une Antigone à KandaharLa position fortifiée avancée tenue par des américains en Afghanistan a été attaquée. La tension qui suit cette dernière attaque n’est pas retombée. Une femme en burqa assise sur un chariot qu’elle pousse avec les mains s’approche…
Autour du fortin et de la femme, des pierres, du sable, un paysage désolé et aride, les montagnes afghanes
L’attaque  a été meurtrière de part et d’autre. Les talibans ont évacué leurs blessés et une partie de leurs morts. Les américains attendent l’hélicoptère gros porteur et ses hélicos de protection qui emporteront les blessés vers l’hôpital. Ils emporteront aussi le cadavre du chef taliban, afin qu’il soit présenté au monde au nom du combat mené pour la liberté…Il est important de justifier, au nom de cette liberté, la présence américaine en Afghanistan …Communication connue

Lire la suite

« Je ne suis pas celle que je suis » – Chahdortt Djavann

je-ne-suis-pas-celle-que-je-suisDonya, jeune fille iranienne, n’a qu’un désir, celui de fuir le régie des mollahs, qui lui imposent le port du foulard, qui persécute tous ceux qui tentent de prendre quelques libertés avec leurs lois, avec leurs interdits. Une jeune fille de plus en plus rebelle au fil des pages, qui sera torturée à 12 ans, violée à vingt ans…
Elle brave les interdits en passant des nuits avec Armand, son ami. Femme, elle n’a pas le droit d’être avec un homme avec lequel elle n’est pas mariée…La seule solution qui s’offre à elle, c’est de quitter l’Iran, de se marier avec un étranger, qu’elle n’aimerait pas, et d’obtenir un visa. « Je sais pourquoi j’accepte ce mariage arrangé : parce que tout simplement, ça m’arrange. »
Oui, mais Donya est foncièrement honnête avec les autres et avec elle-même…Elle n’a jamais accepté l’hypocrisie et le mensonge du régime, tous les mensonges, toutes les hypocrisies, la turpitude. 

Lire la suite

« Comment peut-on être français ? » – Chahdortt Djavann

comment-peut-on-etre-francaisRoxane Khân, jeune iranienne, née en 1975, arrive à 25 ans à Paris pour fuir le régime des mollahs. Elle ne connait pas notre langue, ni notre pays. Éblouie par cette liberté nouvelle, elle déambule toute la journée et achète finalement un vélo pour découvrir encore plus rapidement cette nouvelle vie, cette ville. Elle a laissé en Iran des dizaines de frères et sœurs, elle est bien incapable d’en dire le nombre, son père Pacha Khan avait tant de femmes qu’elle ne connait même pas sa mère ni toutes ses sœurs. 
Quel bonheur pour elle d’abandonner son tchador noir, uniforme taillé par le gouvernement, de monter à vélo, de s’assoir à une terrasse de café et d’y commander un verre de vin…toutes chose interdites là-bas!
Pour être admis en France, pour devenir française, une fois les papiers obtenus, rapidement en ce qui la concerne, il lui faudra gagner de l’argent, trouver du travail et maîtriser notre langue.

Lire la suite

« La disparition de la langue française » – Assia Djebar

La Disparition de la langue françaiseBerkane, immigré et travailleur Algérien en France, décide de revenir au pays dans les années 90, et de faire valoir ses droits à une retraite anticipée. Sa pension ne sera pas bien importante, mais lui suffira pour vivre. Il renonce à son quart d’héritage, et en échange, s’installera à l’étage supérieur d’une villa familiale faisant face à la plage.
Un retour au pays dans lequel il devra d’une part, faire face à l’absence de Marise, qui, à la suite d’une rupture douloureuse,  est restée en France et, d’autre part, retrouver, parler cette langue enfouie en lui, celle de son enfance.

Lire la suite

« Les identités meurtrières » – Amin Maalouf

Les Identités meurtrièresPublié il a 18 ans, ce livre fait partie à mon avis de ces textes que chacun devrait avoir lu, de ces classiques que chaque bachelier aurait du étudier en terminale ou en 1ère. 
Tous les jours les journaux télévisés, la presse papier nous parle de ces jeunes filles de ces ados en quête d’identité, mal dans leur peau, qui quittent la France pour aller faire le djihad….Certains sont des petits fils d’immigrés et on rappelle encore leurs origines…à la troisième génération…. ou leur religion. On entend souvent dire « un jeune musulman » mais jamais « un jeune catholique » …Pourquoi? Comme s’il ne faisaient pas totalement partie de la communauté française….Comme s’ils n’étaient pas totalement français, malgré leur carte d’identité…Comme si ce trait de leur identité leur collait à la peau.