« Les oiseaux morts de l’Amérique » – Christian Garcin

Les oiseaux morts de l'AmériqueLas Vegas …. pour tous c’est le fric qui s’étale, les casinos, les belles bagnoles et belles nanas, le bling-bling à tous les coins de rue, bref…..une ville superficielle et sans âme qui tous connaissent. C’est ce qu’on y voit en surface : le brillant des dollars qui coulent à flot.
Mais dans ses sous-sols, dans ses immenses collecteurs ou coulent à flot les eaux des orages du désert, vivent ceux qui rejettent tout ce fric, qui rejettent cette société, des parias. Ce sont, pour certains d’anciens soldats ayant combattu au Vietnam ou ailleurs. Ils vivent tous en marge de cette société qui leur a fait perdre leur jeunesse.
Hoyt Stapleton, l’un d’eux, connaît bien ces tunnels, cette vie sous terre. Las-bas, au Vietnam, il était un « rat des tunnels. Il fait partie de ces nombreux hommes traumatisés par cette guerre, incapables de surmonter cette horreur. Il combattait non pas dans la jungle, à l’ombre des forêts, mais dans les commandos sous terre, dans les tunnels creusés par les Viets pour se déplacer sous la jungle, sous le napalm….Il était chargé de les éliminer, au couteau.

Lire la suite

« Le cœur blanc » – Catherine Poulain

le coeur blancDeuxième roman de Catherine Poulain, un roman « Les pieds sur terre »…et quelle terre ! Les pieds dans la boue…au sens propre et au sens figuré.
Celle de ces saisonniers, cueillant des légumes, des fruits, se déplaçant d’une exploitation à l’autre, d’une saison à l’autre, passant de la boue des asperges, au soleil des abricots, puis au froid des olives, trimant courbés comme des bêtes parfois sous la pluie, vivant et se déplaçant dans des véhicules dont personne ne voudrait au gré des récoltes et des besoins de la nature….Un jour embauchés, le lendemain inactifs, les fruits n’étant pas assez mûrs pour être commercialisés. Payés au rendement, au kilo ramassé, et souvent non défrayés pour les temps de transport du mas provençal au champ ou au verger…Dure vie des saisonniers que nous ne soupçonnons pas quand nous mordons dans nos abricots.

Lire la suite

« Ce matin, maman a été téléchargée » – Gabriel Naëj

Ce matin, maman a été téléchargée2048…avant que Mamie ou Papi ne prennent le taxi vers l’au-delà, vous aurez la possibilité, pendant les premières heures de leur voyage de faire enregistrer toute leur conscience, toutes leurs données mémorielles dans une petite capsule qui pourra être réincorporée dans la tête d’un robot à figure humaine. C’est la « métensomatose numérique ».
Point de départ de ce premier roman de Gabriel Naëj…un roman très inégal dans lequel le sourire dû à l’humour de l’écriture et de certaines situations cocasses côtoie l’ennui dû à d’autres situations que j’ai eu de la peine à comprendre. 
Raphaël Vidal le narrateur a perdu sa mère, elle va bénéficier de cette opération, et dans quelques jours il va le retrouver, elle va de nouveau être sur son dos, mais avec un autre visage, un autre corps. Celui d’un robot, un physique pas du tout en rapport avec l’image de sa mère!

Lire la suite

« Maintenant » – Mamadou Mahmoud N`Dongo

maintenantDéconcertant et inhabituel…..
3 petits textes, que j’ai relus, afin de m’en imprégner, 
« Maintenant je me suis habitué à ta présence » est une suite de réflexions d’une phrase ou de quelques lignes, apparemment sans suite, une par page, dont on a l’impression qu’elles sortent de « je ne sais où ». Certaines ressemblent à des sujets de bac philo, d’autres sont des coups de gueule, des coups de poing de nature féministes, ou en relation avec l’exil, les origines, les relations hommes-femmes….Puis dans les dernières pages l’auteur nous en donne l’explication, l’origine….on les comprend alors mieux. J’ai éprouvé le besoin de les relire, ce qui m’a permis de les apprécier un peu plus. A vous de faire votre lecture et d’en comprendre la raison d’être.

Lire la suite

« Les Tisserands . Réparer ensemble le tissu déchiré du monde » – Abdennour Bidar

les tisserandsOn traiterait de fou et d’inconscient celui qui affirmerait que notre monde tourne rond, sans heurt, sans tension ! Il suffit de considérer notre actualité, les manifestations qui depuis près de 3 mois font la une des journaux télévisés, la violence, l’incivisme, la contestation des institutions…de considérer aussi que dorénavant, il est plus facile de « se parler » au travers de nos écrans par l’intermédiaire des réseaux sociaux….Mais est-ce se parler quand on s’invective, quand on propage des fausses nouvelles et quand on ne se rencontre pas, quand on n’échange pas sur des points de vue différents?  
Est-ce communiquer quand on se parle sans s’écouter ?

Lire la suite

« Marx et la poupée » – Maryam Madjidi

marx et la poupéePremiers mots de la 4 ème de couverture : « Depuis le ventre de sa mère, Maryam vit de front les premières heures de la révolution iranienne. Six ans plus tard, elle rejoint avec sa mère son père en exil à Paris. »
Connaître l’exil de la bouche de ceux qui l’on vécu… Un exil et un roman couronné du Goncourt du premier roman ! Double tentation quand on s’intéresse à notre monde!… Non?
« Exilés », « Réfugiés »…Ces mots qu’on retrouve régulièrement dans la bouche de nombreux décideurs, et aussi dans celle de l’homme de la rue, soit parce que ce sont des mots de rejet de ces étrangers, porteurs de tous les maux de la création, soit parce que d’autres, bien moins nombreux – en tout cas bien moins vindicatifs, et qu’on entend moins dans les médias et les discours – accompagnent ces exilés afin qu’ils s’insèrent du mieux possible dans notre société.
Maryam a de vagues souvenirs de cette révolution iranienne, qui vit arriver à la tête de l’Iran les ayatollah, leur rigorisme religieux, leurs barbes, leur robes noires et surtout leurs tueurs pourchassant les opposants. 

Lire la suite

« Retour à Séfarad » – Pierre Assouline

retour à séfaradLe 31 mars 1492 les Rois Catholiques d’Espagne, Isabelle la Catholique et Ferdinand II d’Aragon signèrent le décret de l’Alhambra qui donnait  aux Juifs  jusqu’au 31 juillet de cette même année, pour se convertir au christianisme ou pour quitter le royaume. Beaucoup choisirent l’exil; un exil qui les priva de toutes leurs richesses. Nombre d’entre eux furent dépouillés lors de leur voyage en terre d’Espagne. Tous furent fouillés et dépouillés aux frontières.
Ni les descendants de ces Juifs expulsés, ni le Royaume d’Espagne n’oublièrent cette tragédie, puisque le décret de l’Alhambra fut aboli en 1967 et en 2015, le Roi autorisa même les descendants de ces juifs expulsés à revenir au Pays, et à demander s’ils le souhaitaient d’acquérir la nationalité espagnole..
Alors Pierre Assouline, après quelques hésitations, se dit « pourquoi pas ? »…

Lire la suite