« Le Jour d’avant » – Sorj Chalandon

Le jour d'avantLe 27 décembre 1974, 42 mineurs perdaient la vie dans un accident au fond de la fosse 3 de la mine de Liévin, dans le Pas-de-Calais…un accident de plus, encore plus grave que les autres…Les obsèques de ces 42 hommes furent célébrées en présence de nombreux officiels, de ministres.
Toute le France était en deuil.
 C’était un vendredi. On ne faisait pas le pont à cette époque, pas de trêve de fin d’année non plus pour ces hommes, il fallait produire,  toujours produire plus, sortir du charbon parfois au mépris de la sécurité. Une poche de grisou, de la poussière de charbon due à des défaillances du système d’aspiration, à des négligences …la course à la productivité au mépris du danger…
C’est l’explosion…Celle qui prive les hommes d’air, qui les brûle ! Impossible d’en réchapper.

Lire la suite

« La tresse » – Laetitia Colombani

la tresseDestin croisé de trois femmes qui n’ont rien en commun, qui ne se rencontreront jamais.
Smita est une intouchable indienne, elle vide la merde des autres à mains nues. Son mari, intouchable aussi chasse les rats, qui seront au menu du soir …Afin que sa fille puisse être scolarisée, elle décide de tout quitter et de traverser l’Inde pour rejoindre de lointains parents
En Sicile, le père de Giulia est dans le coma à la suite d’un accident de scooter..Elle découvre que l’entreprise familiale de fabrication artisanale de perruques et postiches est en cessation de paiement, les biens familiaux ont été hypothéqués… 

Lire la suite

« Une si longue lettre » – Mariama Bâ

Une si longue lettreRamatoulaye femme sénégalaise vient de perdre son mari décédé d’une crise cardiaque. Un mari avec lequel elle a eu 12 enfants pendant leurs 30 années de vie commune. Il avait obtenu en France sa licence en droit et avait été  avocat des syndicats puis fonctionnaire. Elle écrit ces longues lettres destinées à son amie Aïssatou : « la confidence noie la douleur ».
Une douleur vive en partie du fait de ce décès, mais aussi parce que en respect de la tradition africaine, elle est dépouillée de ses biens, de la maison familiale, quelques jours après le décès par la belle famille de son mari…un mari qui l’avait abandonné pour épouser une gamine amie de lycée de sa propre fille…
Douleurs joies et peines diverses ponctuent ces courriers. Plus tard des prétendants lui proposeront le mariage.

Lire la suite

« Quand sort la recluse » – Fred Vargas

Quand sort la recluseJ’ai attendu quelques jours avant d’écrire cette chronique…j’avais le choix entre écrire une chronique assassine ou élogieuse…entre les deux mon cœur balance. Je ne suis pas un lecteur assidu de polars et j’ai découvert ce livre dans le rayon nouveautés ma médiathèque, un livre dont tout le monde parlait avec des superlatifs caustiques ou élogieux selon les lecteurs. Je n’avais jamais lu de livre de cet auteure…je ne savais même pas que Fred Vargas était une femme….
La rumeur, les on-dit, les éloges m’ont guidé dans ce choix. 

Lire la suite

« L’art de perdre » – Alice Zeniter

L'Art de perdrePour Ali et ses frères leur vie simple débuta comme un « conte de fées ». L’oued en crue, dans lequel il se baignaient, charriait les eaux de la fonte des neiges…et dans celles-ci un pressoir qui aurait pu les percuter. Un rocher l’arrêta. « Alors ils sortirent le pressoir de l’eau, le remirent en état et l’installèrent dans leur jardin. Peu importait désormais que leurs maigres terres fussent stériles car les autres venaient à eux avec les olives de leurs arpents et eux en faisaient de l’huile. Bientôt, ils furent suffisamment riches pour acheter leurs propres parcelles. »

Lire la suite

« Et je suis restée debout vivante » – Evelyne Abondio

Et je suis restée debout vivanteL’action de ce livre mettant en scène des femmes de conditions diverses, se déroule dans un pays imaginaire d’Afrique : le Diamonda, un pays dans lequel le lecteur pourrait reconnaître beaucoup de pays d’Afrique noire, « jeune nation pleine aux as des revenus du cacao, du pétrole et des diamants », devant faire face à un coup d’état…Tout ceci parce que « la police, en proie à une transe inexplicable que certains avaient qualifiée de mystique, avait tiré à balles réelles sur les paysans venus protester contre le prix dérisoire auquel ils étaient contraints de céder leurs récoltes. »

Lire la suite

« Suis l’homme en blanc » – Thomas OSWALD – Jean-François CELLIER

Suis l'homme en blancQuand on propose à des lecteurs de recevoir un livre en échange d’une critique, rares sont ceux qui refusent cette opportunité…
Je ne suis pas un lecteur assidu de BD, loin s’en faut, mais pourquoi pas, en lire une de temps en temps, surtout quand elle vous permet une vraie découverte, et ce fut le cas de « Suis l’homme en blanc »..
Preu Po Pou est un vieil homme, chef d’un village Karen, en Birmanie. Il reçoit 2 visiteurs auxquels il raconte comment, encore enfant, il est devenu, un peu contre son gré chef de son village …

Lire la suite