« Ce que j’ai voulu taire » – Sándor Márai

ce que j'ai voulu taireIl y a quelques mois, par hasard, je découvrais Sándor Márai avec Les Braises et la Sœur ..Et les quelques mots écrits sur la quatrième de couverture de « Ce que j’ai voulu taire » que je feuilletais dans la bac des livres à ranger en rayon de la Médiathèque m’ont interpellé : « Longtemps présumé perdu avant d’être retrouvé et de paraître en 2013… »…
Un hasard, qui fait bien les choses. 
Un peu désuet peut-être, assez oublié des médias, Sándor Márai a le charme des vieilles choses, le charme d’un temps révolu, et le regard d’un humaniste, d’un homme sans doute désespéré, qui quitta son pays, la Hongrie en 1948, pour fuir le régime communiste….et se donner la mort en 1989

Lire la suite

« La porte » – Magda Szabó

La porteLa narratrice, auteure, cherche à recruter une femme de ménage. Emerence Szeredás se présente…c’est une femme pas banale, gardienne dans plusieurs immeubles, qui avant d’accepter va demander des références à ce nouvel employeur, va se renseigner. Et ce n’est qu’après qu’elle donnera le montant de ses exigences salariale…. quand elle aura évalué ce que sera sa charge de travail. Vieille femme dont tous ignore l’âge, elle serait née au début du XXème siècle, elle a vu défiler les Allemands et les Russes..Emerence est une femme au caractère entier, volontaire, ne comptant pas sa peine, et surtout une femme qui donne son avis sur tout, et qui peut se fâcher lorsqu’elle est contrariée. Elle a des lubies, ramasse les objets cassés, jetés aux ordures, et leur donne une deuxième jeunesse dans l’appartement de ses employeurs. Gare à celle qui ne partagera pas ses goûts.

Lire la suite

Magda Szabó

Magda Szabo.jpgAuteure hongroise née à  Debrecen  en 1917 et décédée à Kerepes en 2007

Ses premiers écrits sont publiés au lendemain de la Seconde Guerre mondiale mais, après 1948, pour des raisons politiques, elle disparaît de la scène littéraire. Lorsque ses livres ressortent en librairie à la fin des années 50, l’accueil est enthousiaste.
(Source Babelio)

Lire la suite

La mélancolie de la résistance – Laszlo Krasznahorkai

La mélancolie de la RésistanceKrasznahorkai nous plonge dans cette dystopie au sein de l’univers glacé d’une petite ville de Hongrie.. Un cadre noir, triste et froid : il fait moins 17°. Un cadre qui au fil des pages s’avère grotesque et assez fou. La ville connait de bien étranges phénomènes assez déroutants : un château d’eau qui vacille, une horloge du clocher qui se remet subitement en marche, des arbres qui se déracinent seuls et tombent. A tout ceci s’ajoute l’arrivée d’une troupe de forains sur la place de la ville, des forains qui présentent une énorme baleine dans une gigantesque remorque.

Lire la suite

Sándor Márai

Sándor MáraiÉcrivain et journaliste hongrois né en 1900 à Kassa qui faisait alors partie du Royaume de Hongrie dans l’Empire austro-hongrois (aujourd’hui Košice, en Slovaquie)

Il se suicida en 1989 à San Diego, aux États-Unis, 

Ses livres seront interdits sous le régime communiste hongrois et ne seront pas édités en Hongrie jusqu’à la chute du régime. Lire la suite

« Le revers de la médaille » – Olga Lossky

le-revers-de-la-medailleQuand j’ai découvert ce livre, sa belle couverture, les premières lignes de sa quatrième de couverture, je pensais, à l’issue de celle lecture, mieux connaître la Hongrie, pays proche de nous et trop méconnu, en savoir un peu plus sur le métier de médailliste, bref être dépaysé…Mais je sors de cette lecture qui m’a parfois ennuyé avec une impression relativement mitigée.

Lire la suite