« Alejo Carpentier : De la Bretagne à Cuba » – Jean-Louis Coatrieux

Alejo Carpentier- De la Bretagne à Cuba« Nous avons tous une propension à ranger les livres dans une catégorie connue comme si cela pouvait nous aider dans leur lecture. Aucune ne semble pouvoir contenir celui-ci. »….première phrase du livre. Accroche attirante, oh combien vraie ! 
N’y cherchez pas une biographie complète de l’homme Alejo Carpentier, ni un roman, non, il s’agit plutôt d’une enquête sur un point particulier, les origines de l’auteur cubain, qui semble-t-il a marqué, son temps et la littérature sud-américaine notamment du fait de ses engagements humains et politiques.

Lire la suite

« Origines » – Amin Maalouf

OriginesFace à une malle remplie de courriers familiaux divers Amin Maalouf écrira : « Moi qui étais venu chercher en ce lieu une clé pour ma porte, je voyais de dresser devant moi mille portes sans clés. Que faire de cet amas de vieux papiers ? Je ne pourrai jamais rien écrire à partir de cela ! Et, ce qui est pire : tant que ces reliques encombreront ma route, je n’écrirai rien d’autre non plus. ».
Et commence pour l’auteur un long travail de tri et de recoupements de courriers, de télégrammes, de photos, pour comprendre ce passé familial, l’histoire de son grand père et de son frère, son grand oncle. Une enquête minutieuse, associée à ses souvenirs, aux conversations avec ses parents, pour comprendre et nous faire partager cette histoire familiale mais aussi une partie de cette histoire de l’immense Turquie, qui s’étendait avant la Première Guerre mondiale bien au delà de ses frontières actuelles…c’était avant la création des actuels Syrie, Irak, LibanPalestine, Jordanie, Yemen, de la Grèce dans ses frontières d’aujourd’hui….

Lire la suite

Leonardo Padura

paduraAuteur Cubain né en 1955 

Leonardo Padura Fuentes a été journaliste et critique de romans policiers, avant de se consacrer à l’écriture d’essais littéraires

Auteur de romans policiers dont le héros est le lieutenant Mario Conde. 

En 2011, il reçoit le Prix Carbet de la Caraibe pour « L’homme qui aimait les chiens« , et élu meilleur livre historique par le magazine Lire Lire la suite

« Hérétiques » – Leonardo Padura

HérétiquesUn livre en 3 parties sur 3 périodes…apparemment indépendantes, mais….

1939 : un paquebot arrive à Cuba, chargé de 900 juifs fuyant l’Allemagne; Ils sont payé le régime nazi pour fuir; le régime cubain leur demande également de payer un demi-million de dollars pour entrer sur l’île en tant que réfugiés. Bien peu le peuvent. Daniel Kaminsky né dans le quartier juif de Cracovie, espère retrouver ses parents qui l’ont envoyé depuis plusieurs mois déjà chez son oncle Joseph habitant La Havane.  Son père, sur le bateau, possède un tableau de Rembrandt, dans la famille depuis 1648 , qu’il propose comme monnaie d’échange…Après quelques jours à quai, le paquebot repart avec la quasi totalité des réfugies et la famille de David vers l’Allemagne après les autres refus d’accueillir ces juifs du Canada et des États-Unis. Ils seront exterminés Lire la suite

« Les brumes du passé » – Leonardo Padura

Les brumes du passé Mario Conde, personnage récurent de Padura est un ancien flic un peu « alcoolo », et assez désabusé. Il gagne sa vie en revendant des livres anciens, dont les cubains, se débarrassent pour pouvoir manger et vivre, et faire face aux restrictions et aux pénuries dues au régime castriste. Il a trouvé une famille, d’anciens serviteurs d’un homme riche, vivant dans l’appartement luxueux qu’il a abandonné et qu’ils gardent en attendant son hypothétique retour. Après avoir vendu les vases en porcelaine de Sèvres, ils se décident à vendre les livres de la bibliothèque. Parmi eux des trésors inestimables pour lesquels des riches américains dépenseraient des fortunes capables de faire vivre un cubain pendant toute sa vie. Lire la suite

« Avant la nuit » – Reinaldo Arenas

Avant la nuitReinaldo Arenas, a été un guérillero castriste, il a combattu quelques temps auprès de Castro, puis a été formé pour devenir un cadre du régime, chargé de gérer les fermes. Il a réussi rapidement à intégrer la Bibliothèque nationale cubaine. Il nous livre de ces expériences une vive critique du mode de fonctionnement du régime, de la vie des paysans dont les terres ont été nationalisées, des horreurs des exécutions capitales, des conditions de vie des cubains, de la faim, de l’absence de liberté : « La liberté on en parlait sans trêve mais elle n’existait pas ; il y avait de la liberté pour dire qu’il y avait de la liberté, ou pour faire l’éloge du régime, mais jamais pour le critiquer ». Une vision sans complaisance : « Toute dictature est chaste et hostile à la vie ; toute manifestation vitale est en soi hostile à n’importe quel régime dogmatique »

Lire la suite