« La joueuse de go » – Shan Sa

La joueuse de Go« Des soldats japonais traversent le carrefour, le drapeau fixé au bout de la baïonnette. Je distingue sous les casques des visages jeunes et cruels. Trapus, les yeux fendus, le nez écrasé sur une moustache, ils incarnent cette race insulaire qui, selon la légende, descend de la nôtre. Ils me dégoûtent. »…Ainsi parle la joueuse de go, jeune fille romantique, vivant dans les années 30 en Mandchourie occupée par les japonais.
Elle a 16 ans, presque le même âge que les occupants, va à l’école et a pour seul loisir et pour passion le jeu de go, qu’elle pratique en experte, en s’asseyant à une table sur une place, et en attendant l’adversaire qui viendra la défier. Seule femme admise dans ce jeu pratiqué par les hommes, elle aime ce jeu de stratégie, dans lequel on doit encercler les pions de son adversaire, tout en évitant que ses propres pions soient encerclés. Il faut « enlacer l’adversaire pour le vaincre, l’attirer dans ses bras pour le conquérir », « Les cavaliers de go, virevoltants et agiles, se piègent en spirale : l’audace et l’imagination sont ici les vertus qui conduisent à la victoire » Lire la suite

« Neige » – Maxence Fermine

NeigeNe passez pas à coté de ce petit bijou  et de ces moments de poésie, et de bonheur assurés
 
Le périple de Yuko, jeune poète de 17 ans amoureux de la neige, écrivant des haïkus, petits poèmes de trois vers et de 17 syllabes ayant tous la neige pour thème. 
 
Yuko traverse le Japon et les Alpes japonaises pour aller à la rencontre de Soseki, très vieux maître en poésie, ancien samouraï, afin que ce dernier lui apprenne à « mettre de la couleur dans ses poèmes ».

Lire la suite

« La formule préférée du professeur » – Yôko Ogawa

La formule préférée du professeurUn professeur de mathématiques perd la mémoire, à la suite d’un accident de la circulation. A 64 ans, il ne ne souvient que des quatre-vingt dernières minutes, et pour conserver un mémoire plus ancienne, il épingle des petits papiers sur ses vêtements   » ses petits papiers accrochés à sa veste et qui font du bruit quand il se déplace. » Il garde cependant, sans note, quelques souvenirs anciens de base-ball. Il a conservé toutes ses facultés pédagogiques, son amour et ses capacités de réflexion pour les mathématiques

Lire la suite

Yasushi Inoué

220px-Inoue_Yasushi.JPG.jpgRomanciers japonais né en 1907 et décédé en 1991 

Fils d’un chirurgien militaire souvent muté, il est pendant un temps élevé par la maîtresse de son arrière grand-père, une ancienne geisha qu’il appelle grand-mère – alors qu’elle est étrangère à la famille Inoué. Il était un pratiquant assidu du judô (ceinture noire).

Lire la suite

« Un été au Kansaï » – Romain Slocombe


Un été au Kansai
Un journaliste allemand souhaite écrire un article sur le passé nazi de certains de ses compatriotes. Au cours de ses recherches il est amené à rencontrer une ancienne journaliste de 86 ans, et à l’interroger sur le passé nazi de son frère Friedrich Kessler.
Afin de lui démontrer qui était son frère, elle lui confie un paquet de lettres reçues de son frère, une petite partie de cette correspondance entre elle et lui…le reste à disparu dans la bateaux ou sous-marins coulés entre l’Allemagne et le Japon, ou dans les bombardements

Lire la suite

« Certaines n’avaient jamais vu la mer » – Julie Otsuka


Certaines n'avaient jamais vu la mer
Ceux ou celles qui chercheront dans ce livre un roman, avec des personnages identifiables, des héros mis en scène, seront déçus, ceux au contraire, amateurs d’Histoire, avec un grand H liront ce livre avec plaisirs et émotions et découvriront peut-être des faits inconnus . 
Julie Otsuka nous permet de suivre la vie de migrantes japonaises anonymes, véritables héroïnes de ce livre, depuis le bateau qui les transportait comme du bétail vers le beau mari dont elles portaient la photo sur le cœur et qu’elles idéalisaient, jusqu’à la « disparition », quelques années plus tard, de ces femmes et de leurs familles dans des camps de déportation, crées et gérés par les américains…

Lire la suite