« Les chiens de Détroit » – Jérôme Loubry

Les Chiens de DétroitPremier roman de cet auteur…Coup d’essai, coup de maître ? 
Je ne suis pas un lecteur habituel de polars, mais l’été, la plage, le besoin de s’évader…pourquoi pas. 
Hasard des « rencontres littéraires » sur un présentoir : il faut être un peu fou pour vouloir s’évader depuis la plage et son soleil vers Détroit, ville au passé industriel florissant, ville aujourd’hui en déclin que les entreprises désertent, ville qui connut des émeutes noires meurtrières, et qui a enregistré une baisse importante de sa population. Les maisons à l’abandon sont nombreuses et resteront invendues, la ville est en faillite, à la suite de la crise des subprimes.
Bref une ville triste, noire, un cadre violent tout à fait adapté à un polar parfaitement décrit par Jérôme Loubry

Lire la suite

Philippe Lançon

  • «  La critique me permet-elle de lutter contre l’oubli ? Bien sûr que non. J’ai vu bien des spectacles et lu bien des livres dont je ne me souviens pas, même après leur avoir consacré un article, sans doute parce qu’ils n’éveillaient aucune image, aucune émotion véritable. Pire : il m’arrive souvent d’oublier que j’ai écrit dessus. Quand par hasard l’un de ces articles fantômes remonte à la surface, je suis toujours un peu effrayé, comme s’il avait été écrit par un autre qui porterait mon nom, un usurpateur. Je me demande alors si je n’ai pas écrit pour oublier le plus vite possible ce que j’avais vu ou lu, comme ces gens qui tiennent leur journal pour débarrasser quotidiennement leur mémoire de ce qu’ils ont vécu. Je me le demandais, du moins, jusqu’au 7 janvier 2015. » (Le LambeauP. 12)
  • « C’était la littérature, non la fiction, qui m’aidait. Je n’avais plus guère la force d’en lire, mais je restais occupé par son lent souvenir, moi qui ne parvenais plus à sentir les souvenirs de la vie. Ses pays éloignés m’obligeaient à ne rien subir, ni image ni son ni corps. Ils m’aidaient à refaire, parallèlement à mon visage et à mon corps, les personnages qui l’habitaient, et qui avaient à peine besoin de leur berceau textuel pour vivre ici, dans ma chambre, comme des anges gardiens. » (Le Lambeau – P. 386)

« Le lambeau » – Philippe Lançon

Le lambeau« ….ce matin-là comme les autres, l’humour, l’apostrophe et une forme théâtrale d’indignation étaient les juges et les éclaireurs, les bons et les mauvais génies, dans une tradition bien française qui valait ce qu’elle valait, mais dont la suite allait montrer que l’essentiel du monde lui était étranger.. » (P. 51)
Ce matin du 7 janvier 2015, la conférence de rédaction de Charlie était bien avancée, tout le monde rigolait..des bruits de pétards pas assourdissants, et Philippe Lançon reprend conscience, couché par terre. Silence….Il voit des bouts de salle, « le crâne éclaté de Bernard Maris » à ses côtés, une secrétaire arrive affolée.
Dans la bouche de Philippe des dents se promènent.. Il ne peut parler et est incapable de bouger, et n’a pas encore de douleurs. Ses seules préoccupations : Que sont devenus les autres, ou est son téléphone, son vélo ?

Lire la suite

« Les ombres de l’Araguaia » – Guiomar de Grammont

Les ombres de l'AraguaiaLeonardo était l’un de ces étudiants utopistes qui, au cours des années soixante-dix, ont tenté de lutter, aux côtés de paysans contre le régime brésilien en participant à la Guérilla de l’Araguaia… il était l’un de « ces jeunes engagés dans le militantisme étudiant peu avant d’entrer dans la clandestinité »
Aujourd’hui le fils est absent, il n’a pas rejoint sa famille…Sa sœur, qui était encore gamine à l’époque, a grandi dans ce manque, aux cotés de ses parents..Ce manque a lourdement affecté la vie familiale, le père se réfugia dans le silence et la fabrication de jouets pour Sofia, alors que la mère ne vivait que dans l’espoir d’un retour. 
A la mort du père dans les années quatre vingt-dix, Sofia reprend les recherches qu’il avait entreprises en ne négligeant aucune piste, aucune rencontre. Elle s’appuie un cahier assez mystérieux transmis par un ami et écrit à la fois par un homme et une femme. Lire la suite

Guiomar de Grammont

Guiomar de Grammont.jpgAuteure brésilienne née en 1963 à Ouro Preto, Minas Gerais – Brésil 

Elle enseigne à l’université.
Auteure de plusieurs ouvrages dont un essai sur le sculpteur baroque Aleijadinho.
Pour un de ses recueil de nouvelles, elle a reçu le prix Casa de las Américas. 
Les ombres de l’Araguaia est son premier roman à être traduit en français. 
(source Babelio)

Lire la suite