« Liquidation » – Imre Kertész

liquidationKeserű est en train de lire une pièce de théâtre écrite par B. qui s’est suicidé. Cette pièce de théâtre écrite en 1990 évoque la disparition du système politique stalinien qui, jusqu’alors, dirigeait la Hongrie. B. était un auteur juif né à Auschwitz. Chose étrange, il portait le sinistre tatouage sur la cuisse et non sur l’avant bras, celui-ci étant trop court pour l’écrire en entier.
Keserű a connu B. et pense qu’il a laissé un roman, celui de sa vie. Un roman qu’il a cherché en vain le jour du décès, dans son appartement avant l’arrivée de la police. Un roman qui hante son esprit, éditeur privé et aimerait maintenant le publier.
Une grand partie du livre « Liquidation » est construite autour de cette recherche qui se déroule en 1999. Celle-ci l’amènera à rencontrer les femmes qui ont aimé B. 

Lire la suite

« L’Hirondelle avant l’Orage » – Robert Littell

L'hirondelle avant l'oragePour un poème non publié, seulement dit à une poignée de personnes, dont une a parlé, Ossip Mandelstam, poète russe connut le Goulag, la torture à la Loubianka, dans les caves de laquelle les tchékistes torturaient, et exécutaient les prisonniers d’une balle dans la tête. « Mort d’un arrêt cardiaque » telle était le message que recevaient les familles sous Staline. 

Lire la suite

« Le fracas du temps » – Julian Barnes

le-fracas-du-tempsPeurs, résistance, compromissions et lâcheté de l’un des meilleurs compositeurs russes sous le régime Stalinien, de Lénine à Nikita Khrouchtchev, contraint de plaire au pouvoir, écarté quand il ne plaisait plus.
Biographie d’un homme, qui au moment de la terreur stalinienne par peur de se faire arrêter devant sa famille, restait devant l’ascenseur de l’immeuble dans l’attente des hommes du NKVD il était « un homme qui comme des centaines d’autres dans la ville, attendait, nuit après nuit, qu’on vienne l’arrêter. » 
Cet homme est Dmitri Dmitrievitch Chostakovitch, célèbre musicien russe

Lire la suite

« Le zéro et l’infini » – Arthur Koestler

Le zéro et l'infiniHaut dirigeant et figure historique du Parti Communiste Russe, Roubachof est arrêté et jeté en prison…D’autres avant lui ont connu son sort, il a lui-même collaboré à ce système.
Révolutionnaire de la première heure, compagnon de Lénine, il a déjà connu la prison et la torture, quelques années plus tôt, en 1933 alors qu’il était en mission diplomatique en Allemagne. Il était l’un des hommes fort du régime, dirigeant de l’industrie de l’Aluminium
Il sait en entrant en prison qu’il sera exécuté, que son image sera effacée des photos historiques, qu’il n’existera plus jamais dans la mémoire collective du pays, même son nom sera banni.‌ « Roubachof savait qu’il était au secret et qu’il y resterait jusqu’à ce qu’on le fusillât. ».

Lire la suite

« La vie d’un homme inconnu » – Andreï Makine

La vie d'un homme inconnuChoutov auteur sur le déclin,  « opposant banni » ayant quitté sa Russie natale pour la  France  se fait plaquer par sa jeune amie Lea . Il est arrivé en France au début des années quatre-vingt, le temps où  Léa « était un bébé ». Lea lui a dit que Choutov voulait dire clown…. C’est pour Léa un écrivain raté : « une déflagration qui n’arrive pas à se faire entendre », Il est « comme un obus qui n’a pas explosé et qui garde sa force détonante en lui ». Lassée notamment par son « age antédiluvien », elle est partie. 
Belles pages sur cette rupture, sur le désarroi de Choutov.

Lire la suite

« Le Livre des brèves amours éternelles » – Andreï Makine

Le livre des brèves amours éternellesDe l’orphelinat où fut placé Andreï Makine jusqu’à son adolescence, huit nouvelles écrites sur la vie en Russie au temps du communisme, du stalinisme. Des pointes d’humour, pour se moquer avec force de ce régime, pour le dénoncer, mais aussi pour parler de cette recherche du bonheur, du plaisir, des plaisirs simples, de l’amour….

Lire la suite

« La musique d’une vie » – Andreï Makine

La musique d'une vieDeux personnages dans une gare en plein hiver russe…ils attendent un train qui a déjà 6 heures de retard. L’un est pianiste..
Échange sur le vie dans le wagon, qui finalement arrive.
La vie d’un musicien, qui aurait pu faire une carrière de concertiste si les purges staliniennes en 1941, ne l’avaient pas contraint à quitter Moscou et à changer d’identité, front russe, avancée allemande, et finalement une petite planque de chauffeur de général. 
La vie d’un russe comme un autre, une vie de peur, peur de partir à tout moment dans les camps, camps qui subsisteront bien après le décès du « petit père des peuples », peur que sa supercherie, son changement d’identité soit découvert.  La vie d’un homme résigné

Lire la suite