« Notre famille » – Akhil Sharma

« Pour moi, les deux meilleures choses de l’Amérique étaient la télévision et la bibliothèque. »

Ajay, le jeune indien a 10 ans quand ses parents décident d’émigrer aux États-Unis…Dès que la famille le sait, tous se précipitent pour récupérer tout ce qui ne pourra être emporté, une famille à la fois heureuse pour eux mais jalouse aussi .

Le rêve américain est enfin à la porté des deux gamins, Ajay et son frère Birju, gamin doué qui doit intégrer la Bronx Hight School of Science…Chacun rêve de réussite et prend plaisir à rejoindre leur oncle et tante déjà installés aux USA…tout serait si simple si….

Un  « si » dont je ne parlerai pas mais qui va rendre cette intégration plus difficile et plus douloureuse.  Et surtout plus dramatique

Ajay doit faire face aux remarques pas toujours gentilles, lancées par des gamins blonds à un gamin un peu trop « métèque »  à leur goût. Il y a un monde entre le rêve et la réalité…Ces remarques en abattraient plus d’un.

Au contraire elle stimulent le gamin. Ajay doit, seul, porter les rêves de réussite et d’intégration de la famille et faire rêver ses petits camarades, afin d’être reconnu. Quoi de mieux qu’un frère, héros fort et secret, pour montrer à tous que lui aussi….son imagination fait le reste. Et pourtant….

La lecture lui ouvre des horizons nouveaux qui effacent les dures réalités du quotidien. Petit indien, petit métèque fait tout pour s’intégrer,  pour être un américain, comme eux …pas toujours facile loin de là quand à la maison, le père picole de plus en plus, quand les assurances répondent « stop, ça suffit », et quand les faiseurs de miracles baissent les bras.

Malgré tout Ajay avance dans la vie et les études, et le petit métèque se bat, se bat et gagne.

Sans doute pour conjurer ce malheur qui a frappé la famille.

Un livre en grande partie autobiographique que l’auteur mettra dix ans à écrire…dure intégration couronnée de succès.

Un livre émouvant, drôle parfois, ne sombrant jamais dans le pathos….un grand plaisir de lecture.

Éditions de l’Olivier – Traduction : Paule Guivarch – 2015 – Parution initiale en 2014 – 220 pages


Lien vers la présentation d’Akhil Sharma


Quelques lignes

  • « Je ne pouvais me résoudre à croire qu’une fois que j’aurais quitté l’Inde, la maison de mes grands-parents continuerait d’exister, et que les caniveaux de la ruelle déborderaient toujours d’eau savonneuse. » (P. 22)
  • « « Est-ce que je deviendrai célèbre ? demandai-je finalement. – Je ne peux pas te révéler l’avenir, répondit Dieu. – Pourquoi ? – Même si je te révélais quoi que ce soit, je pourrais changer d’avis. – Mais ce serait plus difficile pour vous de changer d’avis après avoir dit qu’un certain événement allait arriver. » Dieu rit de nouveau. « Tu seras si célèbre que la célébrité deviendra un problème.. » (P. 59)
  • Au sujet de Paris….
    • « Là-bas, tous les bâtiments ressemblent aux Maisons du Parlement. C’est la plus belle ville du monde. Seulement il y a de la merde de chien partout. Quel est l’intérêt d’une aussi belle ville si l’on est obligé de regarder constamment par terre ?.» (P. 128)
  • « Il me déclara un jour qu’il était furieux de ne pas peser davantage parce que, alors, il pourrait absorber de plus grandes quantités d’alcool avant de tomber ivre mort. Il me dit également que c’était quand il avait recommencé à boire qu’il avait pris conscience qu’il ne pouvait s’en empêcher, qu’il n’avait pas le choix et que, quand il portait la bouteille de scotch à sa bouche, sa main continuait à la presser contre ses lèvres même quand il avait décidé d’arrêter, comme si cette main appartenait à quelqu’un d’autre. » (P. 186)

« La voix cachée » – Parinoush Saniee

La voix cachée« J’ai compris peu à peu le vrai sens du mot « débile » et je me suis rendu compte qu’ils s’étaient moqués de moi pendant tout ce temps, sans que je le sache. Lentement, une terrible colère s’est emparée de moi. Ce mot s’est mis à m’inspirer une telle répulsion que, rien qu’à l’entendre, j’avais la tête brûlante. Je sentais mon visage devenir écarlate et quelque chose bouillonner en moi. »
Shahaab, le gamin de 4 ans nous parle, nous explique sa vie…. une vie de famille en Iran. Tout le monde ou presque le considère comme débile car, à son âge, il ne parle toujours pas. Alors certains le martyrisent et lui font faire un peu n’importe quoi. Tout le monde…? Non sa mère, l’autre narratrice, est consciente des capacités de son fils, tous deux se comprennent, sans se parler.
Elle l’adore.

Lire la suite

« Trudi la naine » – Ursula Hegi

Trudi la naineDans l’Allemagne de la Première Guerre mondiale naquit Trudi, une gamine pétillante de joie, observatrice.
Ses parents sont connus et appréciés, ils tiennent une bibliothèque privée dans la ville de Burgdorf près de Düsseldorf. Une ville sur le Rhin.
Elle aurait tout pour être heureuse, mais très tôt elle se rend compte qu’elle est différente des autres gamins de son âge, elle est naine. Si différente que sa mère en deviendra folle et en mourra, différente car elle doit subir les brimades et moqueries de ses camarades…différente au point de ne pas avoir d’amis de son âge. Alors pour grandir, Trudi se pend par les bras. En vain, ses jambes resteront tordues, sa démarche de canard fera toujours rire certains gamins. Heureusement, son père l’adore, sacrifie sa vie et ignore les œillades de certaines habitantes de la ville. En se consacrant entièrement à elle il lui permettra de trouver sa place dans la vie, dans la ville.

Lire la suite

« Je suis né un jour bleu » – Daniel Tammet

Je suis né un jour bleuBien des années après, j’ai eu besoin de relire ce livre, sans doute pour mieux comprendre le handicap…
Daniel Tammet est un génie, un génie des chiffres, un génie de la mémoire. Il nous apprend qu’il est capable de réciter pendant plusieurs heures 22 510 décimales du nombre pi, π, et qu’il a appris l’islandais ou le lituanien en une semaine. Il maitrise sept langues …
Bref, un homme « hors normes » atteint du syndrome d’Asperger, un trouble neurologique de la famille de l’autisme. Les personnes atteintes par ce syndrome éprouvent de grandes difficultés à se sociabiliser et à entrer en relation avec les autres. On ne sait pas guérir ce handicap.

Lire la suite