« A la merci d’un courant violent » – Henry Roth

A la merci d'un courant violentJ’ai fait connaissance avec Henri Roth, cet été, au hasard d’une visite dans une boîte à livres, sur la plage…Dans la grande « famille » des Roth, je ne connaissais que Philip et Joseph. Petite précision, aucun d’eux n’a de liens de parenté avec les autres…
Alors pourquoi pas une plongée dans ce New-York, et dans Harlem des années 14 ? Une plongée comme le promet la 4ème de couverture dans la prohibition, et dans cette Amérique du début du siècle. D’autant plus passionnante si on connaît le New-York d’aujourd’hui, sa vie trépidante, ses voitures, ses grandes avenues… 
Ira, jeune gamin héros du livre, vit dans une famille pauvre, dans des immeubles assez sordides. Son père effectue chaque matin des livraisons de lait avec un cheval pour lequel il loue une écurie à Manhattan. Toute la famille loge à Harlem, quartier d’Irlandais. Là, Ira est le « maudit Juif », qu’on raille. « C’est plein de sales goyim d’Irlandais. Ils me traitent tout le temps de sale Juif, et ils cherchent sans arrêt la bagarre. »

Lire la suite

« Les chiens de Détroit » – Jérôme Loubry

Les Chiens de DétroitPremier roman de cet auteur…Coup d’essai, coup de maître ? 
Je ne suis pas un lecteur habituel de polars, mais l’été, la plage, le besoin de s’évader…pourquoi pas. 
Hasard des « rencontres littéraires » sur un présentoir : il faut être un peu fou pour vouloir s’évader depuis la plage et son soleil vers Détroit, ville au passé industriel florissant, ville aujourd’hui en déclin que les entreprises désertent, ville qui connut des émeutes noires meurtrières, et qui a enregistré une baisse importante de sa population. Les maisons à l’abandon sont nombreuses et resteront invendues, la ville est en faillite, à la suite de la crise des subprimes.
Bref une ville triste, noire, un cadre violent tout à fait adapté à un polar parfaitement décrit par Jérôme Loubry

Lire la suite

« L’Amérique m’inquiète et autres récits » – Jean-Paul Dubois

L'Amérique m'inquiète et autres récitsPays aimé ou détesté, l’Amérique ou plutôt les Etats-Unis ne laissent personne indifférent….Jean-Paul Dubois y vécut, et s’y rendit plus de 70 fois pour le compte du Nouvel-Obs….il réunit dans « L’Amérique m’inquiète et autres récits » plus de 90 chroniques écrites pour le compte du journal… Un voyage dans  la noirceur ou l’horreur, un voyage au sein de cette société de tous les excès, de tous les délires, de toutes les folies et névroses et aussi de toutes les hontes. 
Tout y passe : les droits constitutionnels, Dieu, la justice, la peine de mort, le dieu dollar, le sexe, les gaspillages, les affaires, la religion, la police, le Droit des armes, la pollution, Mc Donald’s, Elvis, le 11 septembre, le racisme et j’en passe.
Le fric, et encore le fric ….bref tout ce qui peut nous étonner, mais aussi nous indigner et nous faire gerber. On est, très souvent, bien loin du « rêve américain » décrit par d’autres auteurs. En tout cas, en ce qui me concerne, je n’ai pas rêvé ni fantasmé.

Lire la suite

« Des clairons dans l’après-midi » – Ernest Haycox

Des clairons dans l'après-midiHasard d’une rencontre, d’un échange de coups de cœurs autour d’un café… »- Tu connais « Des clairons dans l’après-midi » ? …Un livre qui te rappellera ton enfance ! »  
Le western est un genre cinématographique et littéraire un peu oublié…les plus anciens se souviendront des Noëls où nous recevions des panoplies d’indiens ou de cow-boys, des heures de jeu dans la rue, des BD et des films ou séries que la télé diffusait…Aujourd’hui, on ne trouve plus que très exceptionnellement des panoplies d’indiens dans les magasins de jouets…tout ça est passé de mode. 
Nostalgie, quand tu nous tiens ! 

Lire la suite

Ernest Haycox

Haycox_Ernest.jpgRomancier américain né à Portland (Oregon) en 1899, et décédé à Portland en 1950

Auteur d’une trentaine de romans et environ trois cents nouvelles, Ernest Haycox est un écrivain et scénariste de western célèbre. 

Huit de ses oeuvres ont été portées à l’écran, tels La Chevauchée fantastique (Stagecoach, 1939), Le Passage du canyon (Canyon Passage, 1946) et Les clairons sonnent la charge (Bugles in the Afternoon, 1952).

En 2005, le prestigieux jury des Western Writers comptait Haycox parmi les vingt-quatre meilleurs auteurs de l’Ouest du XXe siècle. 

(Source Babelio)

Lire la suite