« La vaine attente » – Nadeem Aslam

la-vaine-attenteUne maison en Afghanistan, pays où règne la guerre depuis 25 ans, dans une zone où soldats russes, intégristes talibans, GI américains ont fait leur loi, se sont affrontés se sont succédés, se trouve une vieille maison habitée par un vieux médecin d’origine anglaise converti à l’islam.
Leur maison est ouverte à tous, elle le cadre de ce roman, dans lequel vont se croiser, se rencontrer divers personnages tous à la recherche de quelqu’un qui leur manque, qu’ils attendent en vain:
  • Marcus qui a perdu son épouse afghane morte lapidée désespère de retrouver sa fille Zameen et son petit fils Bihzad
  • David américain ayant aidé les afghans dans leur lutte contre les soviétiques, amant de Zamen
  • Une jeune femme russe à la recherche de son frère soldat Bénédikt
  • Casa, jeune orphelin afghan endoctriné par les talibans

Lire la suite

Mohamed Assef Soltanzadeh

Assef SoltanzadehRomancier et nouvelliste afghan né à Kaboul en 1964.

Après des études au lycée français Esteghlal, il quitte son pays en 1985. II s’installe au Pakistan puis en Iran pour suivre des études de cinéma. En 1992, il écrit sa première pièce de théâtre.

En 2000, il publie son premier recueil de nouvelles avant de recevoir le prix de la Critique et le prix Golshiri du meilleur recueil en 2001.

Assef Soltanzadeh est installé au Danemark depuis 2002.

(Source Babelio)

Dans Mesbelleslectures

Perdus dans la fuite

« Perdus dans la fuite » – Assef Soltanzadeh

Perdus dans la fuiteHuit petites nouvelles pour décrire cet Afghanistan, cette guerre qui dure, ces hommes et femmes ballottés par ce conflit, qui tentent de vivre et ne peuvent échapper à leur destin;
L’horrible qui côtoie l’extraordinaire, un homme joue sa vie aux cartes, un autre, père de famille n’arrivant plus à élever ses enfants essaye, on le comprend progressivement, de les vendre,  avant finalement de leur offrir un dernier repas de rêve et les empoisonner…Une femme prête à s’offrir pour acheter les médicaments qui calmeront les blessures de son mari paralysé…un magicien, qui, en guise de baroud d’honneur fait disparaître un char russe, se marier….

Lire la suite

« Les mille maisons du rêve et de la terreur » – Atiq Rahimi

Les mille maisons du rêve et de la terreurDès le début on se demande un peu où l’auteur veut nous emmener…
Un homme se réveille lentement, halluciné, il l’impression d’avoir été enterré dans une tombe. « Suis-je dans le noir ou ai-je les yeux fermés ? Peut-être les deux . Il fait nuit et je dors. Mais pourtant je pense, comment se fait-il? » . Est il blessé, sort-il du coma, que lui est il arrivé?

Lire la suite

« Maudit soit Dostoïevski » – Atiq Rahimi


Maudit soit Dostoïevski
Le jeune Rassoul fracasse la tête d’une vieille femme pour lui voler son argent. Et une fois son geste fait, il pense à « Crime et Châtiment » de Dostoïevski.

Obligé de quitter rapidement les lieux afin de ne pas être surpris par une mystérieuse femme en tchadari bleu ciel, il est étonné que ce crime reste ignoré. Personne n’en parle et même le corps a disparu ainsi que toute trace. Lire la suite

« Terre et cendres » – Atiq Rahimi

Terre et cendresUn vieil homme part avec son petit fils annoncer à son fils, qui travaille dans une mine, une terrible nouvelle : tout leur village a été détruit, toute leur famille, tous les habitants sauf eux deux sont morts écrasés sous un bombardement russe.« La bombe était très forte. Elle a tout fait taire. Les tanks ont pris la voix des gens et sont repartis ». Pas de scène de combat, pas de soldat…. juste un camion avec l’étoile rouge sur sa porte dans les premières pages.

Lire la suite

« Les cercueils de zinc » – Svetlana Alexievitch

Les cercueils de zincLa guerre menée en Afghanistan par l’URSS de 1979 à 1986, vue à travers les témoignages de soldats russes et de leurs familles. Des soldats qui partaient, au début du conflit, apporter le progrès et le confort aux frères Afghans mais qui une fois arrivés se trouvaient confrontés, à une sale guerre, à la violence et aux brimades des anciens qui les humiliaient, à la violence des combats, aux mutilations sexuelles en cas de capture, à un armement dépassé face à celui qui équipait les moudjahidines, équipement fourni par l’occident. Lire la suite