« Les oiseaux morts de l’Amérique » – Christian Garcin

Les oiseaux morts de l'AmériqueLas Vegas …. pour tous c’est le fric qui s’étale, les casinos, les belles bagnoles et belles nanas, le bling-bling à tous les coins de rue, bref…..une ville superficielle et sans âme qui tous connaissent. C’est ce qu’on y voit en surface : le brillant des dollars qui coulent à flot.
Mais dans ses sous-sols, dans ses immenses collecteurs ou coulent à flot les eaux des orages du désert, vivent ceux qui rejettent tout ce fric, qui rejettent cette société, des parias. Ce sont, pour certains d’anciens soldats ayant combattu au Vietnam ou ailleurs. Ils vivent tous en marge de cette société qui leur a fait perdre leur jeunesse.
Hoyt Stapleton, l’un d’eux, connaît bien ces tunnels, cette vie sous terre. Las-bas, au Vietnam, il était un « rat des tunnels. Il fait partie de ces nombreux hommes traumatisés par cette guerre, incapables de surmonter cette horreur. Il combattait non pas dans la jungle, à l’ombre des forêts, mais dans les commandos sous terre, dans les tunnels creusés par les Viets pour se déplacer sous la jungle, sous le napalm….Il était chargé de les éliminer, au couteau.

Lire la suite

« Mille soleils splendides » – Khaled Hosseini

mille-soleils-splendidesAh ! Si j’étais un fondamentaliste religieux convaincu, qu’est-ce que j’aimerais clouer au pilori ce mécréant de Khaled Hosseini qui met deux femmes afghanes à l’honneur ! Mais je ne suis qu’un vieux lecteur aimant les femmes, adorateur de leurs beautés (physique et morale), adorateur de la liberté, adorateur des droits de l’Homme et donc de celui des femmes, et pas uniquement des droits de l’homme….alors je vais dire tout le bonheur que j’ai eu avec cette lecture de « Mille soleils splendides ». 
Il a bien des années Khaled Hosseini m’avait régalé avec les Cerfs volants de Kaboul – qu’il faut que je relise. Il renouvelle ce bonheur de lecture avec Mariam, une gamine afghane de 14 ans que son père Jalil a eu avec Nana hors mariage.

Lire la suite

Khaled Hosseini

Khaled Hosseini.jpgAuteur et médecin américain né à  Kaboul, (Afghanistan) en 1965

Il a passé son enfance en Iran, puis à Paris, déménageant au gré des affectations de son père fixées par le ministère afghan des Affaires étrangères. 

En 1980, alors que l’Afghanistan est occupé par l’armée soviétique, les Hosseini obtiennent le droit d’asile aux États-Unis 

A été nommé ambassadeur par l’agence des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR), en 2006

Lire la suite

« Une Antigone à Kandahar » – Joydeep Roy-Bhattacharya

Une Antigone à KandaharLa position fortifiée avancée tenue par des américains en Afghanistan a été attaquée. La tension qui suit cette dernière attaque n’est pas retombée. Une femme en burqa assise sur un chariot qu’elle pousse avec les mains s’approche…
Autour du fortin et de la femme, des pierres, du sable, un paysage désolé et aride, les montagnes afghanes
L’attaque  a été meurtrière de part et d’autre. Les talibans ont évacué leurs blessés et une partie de leurs morts. Les américains attendent l’hélicoptère gros porteur et ses hélicos de protection qui emporteront les blessés vers l’hôpital. Ils emporteront aussi le cadavre du chef taliban, afin qu’il soit présenté au monde au nom du combat mené pour la liberté…Il est important de justifier, au nom de cette liberté, la présence américaine en Afghanistan …Communication connue

Lire la suite

« La vaine attente » – Nadeem Aslam

la-vaine-attenteUne maison en Afghanistan, pays où règne la guerre depuis 25 ans, dans une zone où soldats russes, intégristes talibans, GI américains ont fait leur loi, se sont affrontés se sont succédés, se trouve une vieille maison habitée par un vieux médecin d’origine anglaise converti à l’islam.
Leur maison est ouverte à tous, elle le cadre de ce roman, dans lequel vont se croiser, se rencontrer divers personnages tous à la recherche de quelqu’un qui leur manque, qu’ils attendent en vain:
  • Marcus qui a perdu son épouse afghane morte lapidée désespère de retrouver sa fille Zameen et son petit fils Bihzad
  • David américain ayant aidé les afghans dans leur lutte contre les soviétiques, amant de Zamen
  • Une jeune femme russe à la recherche de son frère soldat Bénédikt
  • Casa, jeune orphelin afghan endoctriné par les talibans

Lire la suite

Mohamed Assef Soltanzadeh

Assef SoltanzadehRomancier et nouvelliste afghan né à Kaboul en 1964.

Après des études au lycée français Esteghlal, il quitte son pays en 1985. II s’installe au Pakistan puis en Iran pour suivre des études de cinéma. En 1992, il écrit sa première pièce de théâtre.

En 2000, il publie son premier recueil de nouvelles avant de recevoir le prix de la Critique et le prix Golshiri du meilleur recueil en 2001.

Assef Soltanzadeh est installé au Danemark depuis 2002.

(Source Babelio)

Dans Mesbelleslectures

Perdus dans la fuite

« Perdus dans la fuite » – Assef Soltanzadeh

Perdus dans la fuiteHuit petites nouvelles pour décrire cet Afghanistan, cette guerre qui dure, ces hommes et femmes ballottés par ce conflit, qui tentent de vivre et ne peuvent échapper à leur destin;
L’horrible qui côtoie l’extraordinaire, un homme joue sa vie aux cartes, un autre, père de famille n’arrivant plus à élever ses enfants essaye, on le comprend progressivement, de les vendre,  avant finalement de leur offrir un dernier repas de rêve et les empoisonner…Une femme prête à s’offrir pour acheter les médicaments qui calmeront les blessures de son mari paralysé…un magicien, qui, en guise de baroud d’honneur fait disparaître un char russe, se marier….

Lire la suite