« Poste restante – Alger » – Boualem Sansal

poste restanteOn ne présente plus Sansal, cet auteur engagé, qui, à plusieurs reprises a été menacé et insulté par certains de ses compatriotes. 
Le pouvoir politique algérien ne l’aime pas, du fait sans doute de ses succès littéraires, de sa liberté de parole que ces derniers lui permettent.  D’autres auraient choisi de se taire ou d’émigrer. Lui au contraire parle. 
Et dans chacun de ses livres, il a le don de frapper là où ça fait mal, le don de nous faire réfléchir, de nos émouvoir. « Mes précédents livres m’ont disqualifié aux yeux de certains. » dit-il. 
Le titre « Poste restante », véritable lettre ouverte à ses compatriotes, est resté censuré dans son pays. Ce pamphlet, attaque frontalement le FLN, parti qui dirige l’Algérie depuis l’Indépendance, parti incapable de placer l’Algérie sur la voie du développement, malgré les immenses ressources pétrolières dont elle dispose. 

Lire la suite

« 21 leçons pour le XXIe siècle » – Yuval Noah Harari

21 leçons pour le XXIe siècleAprès avoir, dans « Sapiens » regardé dans le rétroviseur du monde, dans le passé de l’humanité, Yuval Noah Harari avait tenté de nous confronter aux grands défis qui s’ouvraient à nous, notamment du fait du développement de l’intelligence artificielle avec son deuxième titre « Homo deus ». 
J’ai retrouvé dans 21 leçons pour le XXIe siècle, une partie des questions qu’il se posait et pour lesquelles il tentait de nous alerter dans « Homo Deus. Une brève histoire de l’avenir« …une impression de redite parfois, comme s’il avait souhaité parfois « surfer sur ce succès » et le prolonger par une réflexion plus ciblée, organisée différemment, autour de 21 thématiques parmi lesquelles on peut citer :  Travail, Liberté, Egalité, Civilisation, Nationalisme, Religion, Immigration, Terrorisme, Dieu, Laïcite, Justice…sans oublier la manipulation de l’information, les fake-news, et j’en passe. 

Lire la suite

« Une nuit à Aden » – T1 – Emad Jarar

Une-nuit-a-Aden-Tome-1Essai, biographie romancée…. »Une nuit à Aden » (Tome I) est un peu de tout, difficile à définir, unique et bigrement captivant, bigrement intéressant pour celui ou celle qui s’intéresse aux soubresauts pouvant aller jusqu’aux tempêtes de notre monde, de notre actualité.
Indubitablement, l’auteur nous parle de lui, de son enfance, de sa famille, de ses origines. Il n’est pas banal d’être aujourd’hui à la fois un américain, d’origine Palestinienne et chrétienne, « Musulman « éduqué dans une culture chrétienne a raison des origines grecques de ma mère et de sa religion catholique de rite grec-melkite », golden-boy à Wall-Street et ….play-boy ! 

Lire la suite

« Le capitalisme expliqué à ma petite-fille…en espérant qu’elle en verra la fin » – Jean Ziegler

Le capitalisme expliqué à ma petite-filleOn ne présente plus Jean Ziegler, chacun connait ses engagements contre la faim dans le monde, au sein de l’ONU. Il est, à mes yeux, une conscience pour notre monde. 
Et il est dérangeant. Mais que c’est bon d’être dérangé, d’être bousculé, par cette rencontre au hasard d’une boite à livres, ces formidables outils de transmission de livres. Parfois des pépites s’y nichent ! 
Chacun parle du capitalisme, a une idée plus ou moins précise, Jean Ziegler ne nous parlera pas de ces chefs d’entreprises qui font l’économie locale de nos villes, qui roulent dans des voitures puissantes et que certains nomment capitalistes ! Non il nous parle de ces immenses groupes qui contrôlent notre monde, et qui parfois sont plus forts que les Etats. 

Lire la suite

« Même les monstres » – Thierry Illouz

même les monstres« Un crime monstrueux…. », « Le monstre a tué… »que de fois ces poncifs nous ont été asséné par les médias. Que de fois avons-nous eu de telles pensées à la lecture de comptes-rendus de procès? 
Quand à l’avocat, c’est souvent aussi qu’on lui pose cette question « Vous défendez même les monstres? ». L’avocat Thierry Illouz, s’en défend, il défend uniquement des hommes, des criminels. Il réfute le mot de monstre, et dans ce court livre d’une centaine de pages, presque une plaidoirie, l’avocat, l’homme Thierry Illouz, nous parle de lui, né en Algérie puis de la France, où il arriva, à un an, en 1962 dans le flot des pieds noirs. 
Et aussi, et surtout, de cette vocation, de ce métier difficile qu’est celui d’avocat : « Il ne faut pas être d’accord avec le monde pour choisir le métier fou et désespéré de défendre. »

Lire la suite

« Homo Deus. Une brève histoire de l’avenir » – Yuval Noah Harari

Homo-DeusCertains livres ont la capacité de nous informer et de nous permettre de nous interroger. « Sapiens : une brève histoire de l’humanité »en faisait partie. 
Dans ce dernier Yuval Noah Harari nous présentait la longue évolution de l’Homo Sapiens qui est devenu celui que nous sommes aujourd’hui, en éliminant les autres espèces d’hominidés. Il nous rappelait les étapes essentielles qui ont permis à Homo Sapiens de dominer le monde, révolution cognitive, révolution agricole, inventions des écritures et des monnaies d’échanges, échanges d’informations entre les divers continents, etc…
C’est cette capacité d’échange et de collaboration qui a permis à Sapiens de dominer le monde, d’éradiquer les autres hominidés, et malheureusement certaines espèces animales….

Lire la suite

« Harkis, un passé qui ne passe pas » – Katia Khemache

Harkis, un passé qui ne passe pasLes plus anciens d’entre nous, ceux qui ont connu la blouse à l’école primaire, se souviennent certainement de cette période du début des années 60, de la fin de la guerre d’Algérie. Après Zappy Max, on nous imposait le calme au moment des informations qu’on écoutait dans un silence religieux à la radio. Nos préoccupations de gamins ne nous permettaient pas de tout comprendre, mais nous saisissions bien inconsciemment, du fait des visages soucieux de nos parents, le drame de la situation.  
Puis nous vîmes arriver sur nos bancs d’école, en cours d’année, de nouveaux camarades avec un accent inconnu : l’instituteur ou les parents nous expliquèrent….La fin de la guerre, les enfants de rapatriés, un, deux, trois par classe.  Je n’ai entendu parler des Harkis, que quelques années plus tard – aucun camp n’existait à proximité du domicile familial – quand les journaux radio nous firent part de leur existence, quand leurs représentants s’exprimaient, ou quand sur la route des vacances vers le soleil du midi, nous croisions un de ces camps aux baraques sinistres rappelant un peu celles d’autres camps. Aucun de leurs enfants ne fréquentait nos écoles. 

Lire la suite