« La disparition de la langue française » – Assia Djebar

La Disparition de la langue françaiseBerkane, immigré et travailleur Algérien en France, décide de revenir au pays dans les années 90, et de faire valoir ses droits à une retraite anticipée. Sa pension ne sera pas bien importante, mais lui suffira pour vivre. Il renonce à son quart d’héritage, et en échange, s’installera à l’étage supérieur d’une villa familiale faisant face à la plage.
Un retour au pays dans lequel il devra d’une part, faire face à l’absence de Marise, qui, à la suite d’une rupture douloureuse,  est restée en France et, d’autre part, retrouver, parler cette langue enfouie en lui, celle de son enfance.

Lire la suite

Brahim Metiba

Brahim MetibaNé à Skikda en Algérie, il grandit dans une famille modeste et fait des études d’informatique à l’université de Constantine. À 23 ans il décide de partir pour la France : un peu à cause du chômage, beaucoup « pour faire [sa] vie ». Arrivé à Paris, il enchaîne les périodes de travail et d’inactivité. Il en profite pour reprendre ses études, une année en philosophie et une autre à l’école du Louvre, prestigieux établissement qui dispense des cours d’histoire de l’art, d’archéologie, de muséologie… Ce parcours peu commun lui permet d’approfondir les réflexions qu’il a déjà en tête avant son départ d’Algérie.
Il publie en mars 2015 son premier roman, Ma mère et moi, aux Editions du Mauconduit.  Lire la suite

« Jacob, Jacob » – Valérie Zenatti

Jacob, JacobL’histoire simple d’une famille de juifs algériens au sein de l’Algérie française, une famille de juifs pauvres et travailleurs vivant dans un tout petits appartement….
On tire les tables pour étaler les matelas le soir…une famille au sein de laquelle vit Jacob. Une famille dominée par les hommes dans laquelle les femmes doivent travailler dur …et s’effacer.
Jacob est le deuxième Jacob de la famille….un autre Jacob était né avant lui mais était mort à 3 ans. 

Lire la suite

« 2084 La fin du monde » – Boualem Sansal

2084 La Fin du Monde
Dernier roman et pas le moindre de Boualem Sansal..il s’est essayé à un genre nouveau… : le roman dystopique..dans la même veine que « Farenheit 451 », « Le meilleur des mondes », « Nous autres » ou « 1984 » de George Orwell, auquel il fait plusieurs allusions dans ce nouveau roman, mais son pari n’est pas totalement réussi.

Nous sommes en Abistan, un immense empire aux soixante provinces dirigé par Abi, le « Bigaye », prophète délégué de Yölah.
En 2084 la Grande Guerre Sainte s’est achevée par une victoire sur la Grande Mécréance. Elle fut remportée par les disciples d' »une forme gravement dégénérée d’une brillante religion »!!! Cette guerre a transformé ainsi d' »inutiles et misérables croyants en glorieux et profitables martyrs ». 2084 est la date jusqu’à laquelle on sait remonter le temps…. Lire la suite

« Rue Darwin » – Boualem Sansal

Rue DarwinYaz, accompagne sa mère à Paris, elle vient faire soigner son cancer. Elle arrive épuisée et dans le coma. Ses enfants sont venus des 4 coins du monde où ils ont émigré et réussi. Tous sont là pour l’accompagner sauf Heti, qui lui a choisi de vivre un islam intégriste avec les talibans..Malheureusement son état ne lui permettra pas de voir une dernière fois ses enfants réunis.
Quand Yaz s’est penché pour l’embrasser une dernière fois « une voix, comme un écho venant de loin a résonné dans sa tête : « Va retourne à la rue Darwin«  ».

Lire la suite

« Meursault, contre-enquête » – Kamel Daoud

Meursault, contre-enquêteUn vieil homme Haroun raconte l’histoire de sa vie, une histoire qui le hante, qui a détruit la vie de sa mère, l’histoire de la mort de son frère Moussa, « l’arabe sans nom » tué par Meursault dans l’étranger de Camus. Ce vieil homme avait 7 ans au moment des faits

Avant de lire ce livre, j’ai souhaité re-re..relire l’Etranger, afin de l’avoir bien présent à l’esprit. Je vous conseille vivement de le faire également. Lire la suite