« L’ordre du jour » – Éric Vuillard

L'ordre du jour

Que serait la littérature sans la seconde guerre mondiale ? Celle-ci fascine de nombreux auteurs…et lecteurs, et il faut bien reconnaître que les écrits sont très inégaux. L’imagination l’emporte souvent sur la réalité historique, et en permanence, le lecteur doit s’interroger quant à la réalité des faits qui lui sont présentés.
Eric Vuillard, quant à lui échappe à cette interrogation. Je l’ai connu avec Congo, Tristesse de la terre, 14 juillet, et dans chacun d’eux, il arrive en 150 pages environ à décortiquer un fait historique, et surtout à passionner son lecteur. 
Dans « L’ordre du jour », il ne décrira ni les batailles, ni les bombardements massifs, les camps de concentration ou les millions de morts, mais se limitera à quelques faits qui à eux seuls peuvent résumer cette guerre, Des faits qui ont permis ce conflit mondial.

Lire la suite

« Chanson douce » -Leïla Slimani

Chanson douce.jpg

« Le bébé est mort. Il a suffi de quelques secondes. Le médecin a assuré qu’il n’avait pas souffert. On l’a couché dans une housse grise et on a fait glisser la fermeture éclair sur le corps désarticulé qui flottait au milieu des jouets. La petite, elle, était encore vivante quand les secours sont arrivés. Elle s’est battue comme un fauve. »
Le roman commence par un uppercut.
Il y a eu tant de critiques sur ce livre, tant d’interviews de l’auteur, que personne ne peut en ignorer ni la fin ni le scénario.
Malgré tout, rares sont ceux qui ont fermé le livre….Tous cherchent à comprendre le pourquoi. Pourquoi et comment une nounou ayant de bons antécédents professionnels en arrive à cet acte odieux ? Ne pouvait-on anticiper ce geste ? Pourquoi personne n’a rien vu venir ? Des questions lancinantes, qu’on se pose à l’occasion de chaque fait divers.

Lire la suite

« Le rocher de Tanios » – Amin Maalouf

le rocher de TaniosUn beau roman prenant pour cadre le village libanais de Kfaryabda dirigé par un cheikh amateur de femmes…il demande régulièrement aux femmes de son village de lui apporter quelques fruits ou quelques douceurs au moment de la sieste, et tout le monde sait qu’il est père de nombreux enfants dans le village. Et un jour il demande à la belle Lamia, épouse de son intendant Gérios de lui apporter des fruits pendant sa sieste.
Quelques mois après naît un garçon, qu’il prénomme comme si c’était son propre fils Abbas. Heureusement les  parents arrivent à donner à cet enfant le prénom de Tanios…Il n’en fallait pas plus pour semer un doute jamais éclairci dans l’esprit de chacun: qui est le vrai père de Tanios ?

Lire la suite

« Le roi des Aulnes » – Michel Tournier

Le roi des aulnesUn auteur discret qui disparaît…rappelé à la mémoire de chacun par les librairies, les médiathèques qui mirent en avant ses ouvrages…Il n’en fallait pas plus pour que je lise « Le Roi des Aulnes » . Quel plaisir de redécouvrir cet auteur dont j’avais lu il y a bien longtemps « Vendredi ou les limbes du Pacifique »….
Abel Tiffauges tient son journal « Écrits sinistres d’Abel Tiffauges » dont les premières pages remontent au début de l’année 1938. Dès le début, il prévient son lecteur « Tu es un ogre me disait parfois Rachel. Un Ogre? C’est à dire un monstre féerique émergeant de la nuit des temps.. »

Lire la suite

« Boussole » – Mathias Énard

BoussoleConfronté à une longue nuit d’insomnie, Franz Ritter musicologue autrichien, qui vient d’apprendre sa maladie, dont on ne saura rien, essaye en vain de trouver le sommeil. Très vite ses souvenirs se télescopent et ils nous transportent d’heures en heures – elles constituent les chapitres du livre – vers cet Orient qui le fascine….Orient qui fascine aussi l’homme Mathias Enard, maîtrisant l’arabe et le persan
Souvenirs qui arrivent en vrac, un souvenir en fait remonter un autre, un auteur est évoqué…il a écrit sur l’Orient…mais un autre arrive, puis un musicien…on passe d’une époque à l’autre en quelque lignes d’une référence à l’autre….On part de Vienne pour aller en Chine après avoir traversé l’Iran, la Syrie, l’Afghanistan, l’Egypte, le désert …multiples retours en arrière, allers retours dans l’espace et le temps…. pas toujours facile à suivre…. 

Lire la suite

« Syngué Sabour Pierre de Patience » – Atiq Rahimi

Syngué Sabour Pierre de PatienceUn drame et une tragédie au sens classique respectant les trois unités, de temps, d’action, de lieu
Une femme veille son mari grièvement blessé dans la chambre de leur pauvre maison, il est dans le coma, il a reçu une balle dans la nuque, à l’occasion d’une bagarre avec les soldats de son unité. C’est un moudjahidin, ou un intégriste musulman. On suppose que l’histoire se passe en Afghanistan, les combats font rage au dehors, la maison tremble sous les balles et les bombes

Lire la suite

« Au revoir là-haut » – Pierre Lemaitre


Au revoir là-haut2 novembre 1918 : le front est calme. Soldats français et allemands attendent l’armistice. Tous ces poilus ont vu mourir et partir estropiés tant de leurs camarades! « Ceux qui pensaient que la guerre finirait bientôt étaient tous morts depuis longtemps » C’est le moment que choisit un lieutenant bravache, le lieutenant Henri d’Aulnay-Pradelle que la guerre n’a pas encore promu capitaine, pour lancer un dernier assaut afin de conquérir quelques mètres de la côte 113. « L’idée de la fin de la guerre, le lieutenant, ça le tuait ».
Lire la suite