« Congo » – Eric Vuillard

 CongoLors de la Conférence de Berlin de 1884, tous les pays de l’Europe réunis autour de Bismark se sont partagé l’Afrique, « afin, au nom du Dieu Tout-Puissant de régler, dans un esprit de bonne entente mutuelle, les conditions les plus favorables au développement du commerce et de la civilisation ».

Le roi des Belges, Léopold quant à lui s’offrit grâce au Congo un énorme propriété privée, qu’il fit gérer par des hommes de main, chargés de faire produire toujours plus de richesses grâce à une main d’œuvre locale réduite à l’esclavage, et punie de mort ou d’amputations de la main droite.Cynisme des acteurs, uniquement attirés par la richesse…..et l’auteur nous démontre que certaines de ces familles qui ont fait fortune, ou qui ont décidé du partage de l’Afrique ont toujours pignon sur rue

Image (5)95 pages d’Histoire… Une rapide recherche sur Internet confirme l’horreur des faits avancés par l’auteur et la responsabilité de la couronne belge dans ces massacres


Plus sur Eric Vuillard


Extraits
  • « On n’avait jamais vu ça. On n’avait jamais vu tant d’États essayer de se mettre d’accord sur une mauvaise action. Il avait fallu bien de la puissance à l’Allemagne, et bien de l’habileté à Bismark pour faire venir tout ce beau monde et ordonner cette conférence. À coup sur c’était un acte politique d’envergure. » ( P. 14)
  • Projet de Léopold, roi des belges : « il présentait son projet comme une œuvre de bienfaisance et cherchait ses alliés du côté des missionnaires, des scientifiques, de toutes les bonnes âmes disponible. Il était décidé à devenir propriétaire d’une colonie, envers et contre tout, contre les intérêts des puissances coloniales, contre le souhait du gouvernement belge lui-même; et pour cela il lui faudrait coloniser tout seul, en nom propre, en tant que simple citoyen »(P.43)
  • « Léon Fièvez fait couper tous les arbres autour de sa bicoque afin de tirer des coups de fusils sur les nègres qui passent » (P. 66)
  • « Si je veux mettre à côté de ces géographes en habit un nègre du Congo et si je veux, sur la banquette du carrosse, déposer un panier et si, dans le panier, je veux mettre quelques-unes de ces petites mains mutilées que j’ai vues sur les photographies les plus émouvantes du monde, qui peut m’en empêcher ? »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s