« La louve » – Paul-Henry Bizon

LA louve

La famille Vollot est installée en Vendée depuis des générations. C’est une famille de bouchers chez qui le client est assuré de trouver de la bonne viande. Ils connaissent les bêtes qu’ils tuent, es éleveurs qui les font naître et grandir. Rien à voir avec cette viande en barquette qu’on commence à trouver dans les supérettes. Romain, qui a fait une école de commerce envisage de développer l’affaire en y associant ses frères. Mais Camille souffre d’un stress post traumatique après un drame familial survenant peu de temps avant les événements du 11 septembre. Camille s’isole, s’éloigne de la famille, s’installe à Nantes, accompagné par Victoire son amie, qui l’épaulera chaque jour afin de le sortir de sa détresse. Là, grâce à une vieille femme, il découvre la terre, et les légumes bio, la permaculture et à la culture sous les arbres, l’agroforesterie…une technique ancienne de culture,  dans laquelle il s’épanouit…Progressivement, ce baba-cool prêchera afin de convertir, à ces nouvelles techniques, d’autres agriculteurs  qui trouveront là un moyen d’éviter la fermeture de leur exploitation...

Lire la suite

« Le poète de Gaza » – Yishaï Sarid

Le Poète de GazaIl est agent des services secrets israéliens, spécialiste des interrogatoires musclés au cours desquels il utilise la violence, les coups pour faire parler les plus récalcitrants, pour obtenir un nom, une dénonciation… Toujours sur la brèche, il lutte en permanence contre les kamikazes cherchant à se faire exploser devant une synagogue, dans un bar. Alors tout lui est permis. Quelques fois les prisonniers meurent. Ses chefs lui le reprochent : le mort n’a pas parlé, n’a pas livré ses secrets, des noms…Ils lui demandent d’avoir un entretien, qu’il fuit, avec un psychologue.
Pour lui, dans Israël qui possède « des satellites-espions capables de détecter l’odeur du rot que laissera échapper n’importe quel gars de Jénine après avoir mangé un hoummous aux fèves et aux oignons, on en revient toujours aux mêmes méthodes : la douleur, la peau, les nerfs, le sac en toile puant sur la tête, les mains attachées par des liens qui entaillent la chair. Le seul moyen d’éviter ça, c’est de les faire crever de trouille à l’idée de ce que tu risques de leur infliger. »

Lire la suite

« Banzo, mémoires de la favela » – Conceicao Evaristo

Banzo, mémoires de la favela.jpgTous vivent dans une ces favela brésiliennes..dans quelle ville ? On ne le saura pas, mais qu’importe ! C’est LA favela type proche des grandes villes mais sans lien avec celles-ci. Leur monde se limite à ces taudis. Une favela faite de poussière quand il fait beau et de boue les jours de pluie, construite au grès du temps, de bric et de broc, où vivent des petites gens, travaillant sur des chantiers, des femmes délaissées ou veuves, des femmes de ménage, des vieux qui attendent la mort..un bidonville ou presque aux portes d’une grande ville, qu’on ne verra jamais. Un bidonville dont personne ne sait à qui appartient le sol. C’est facile de les expulser sans recours possible.

Lire la suite

Conceicao Evaristo

Conceicao Evaristo.jpegAuteure brésilienne née en 1946 dans une favela de Belo Horizonte (Minais Gerais).

Cadette d’une famille de neuf enfants, elle a grandi dans la favela et a passé le concours d’institutrice en 1971. Quelques années plus tard, elle déménage à Rio de Janeiro et poursuit sa carrière d’enseignante dans les écoles élémentaires publiques.

Ses premières nouvelles et premiers poèmes sont publiés en dans les années 1990 dans l’anthologie Cadernos Negros. Son premier roman L’Histoire de Poncia a été publié au Brésil en 2003 et est étudié aujourd’hui par les candidats au baccalauréat brésilien. Il a été vendu à plus de 20 000 exemplaires. Lire la suite