« Le braconnier de Dieu » – René Fallet

« Depuis vingt-six ans, on s’était occupé de lui comme d’un nourrisson, jamais il n’avait eu le souci de ses repas, de son budget, le libre arbitre de son travail, la latitude de ses pas. On avait tout pensé, tout régi pour lui, ses oreilles ne lui avaient servi qu’à entendre des ordres, sa bouche, honnis au réfectoire, n’avait été qu’un instrument de musique conçu pour vanter le Seigneur. » (P. 62)

Lire la suite