« Le revers de la médaille » – Olga Lossky

le-revers-de-la-medailleQuand j’ai découvert ce livre, sa belle couverture, les premières lignes de sa quatrième de couverture, je pensais, à l’issue de celle lecture, mieux connaître la Hongrie, pays proche de nous et trop méconnu, en savoir un peu plus sur le métier de médailliste, bref être dépaysé…Mais je sors de cette lecture qui m’a parfois ennuyé avec une impression relativement mitigée.

Lire la suite

« Le traducteur cleptomane » – Dezsö Kosztolányi

Le Traducteur cleptomaneQuand, au hasard d’une recherche dans une bibliothèque, visage en biais pour lire la tranche des livres, on trouve un petit ouvrage « Le traducteur cleptomane » écrit par un inconnu, on ne peut être qu’intrigué. Quelques lignes au hasard….et de suite cette impression de tenir en main quelques heures de plaisir, quelques heures de découverte..L’envie d’en lire plus
Onze petites nouvelles, onze petits bonheurs, onze petites occasions de sourire de notre monde. Écrites il y a plus de quatre-vingt ans elles restent, malgré tout, toutes intemporelles. Elle sont toutes là pour nous faire sourire de notre monde, des comportements humains, de notre rapport à l’argent. Toutes choses qui ne varient pas avec le temps.

Lire la suite

« Un autre : Chroniques d’une métamorphose » – Imre Kertész

Un autre - Chroniques d'une métamorphoseOn ne peut pas survivre à la sélection pratiquée à Auschwitz, puis à la faim et à la maladie à Buchenwald et aux pressions exercées par les régimes communistes de l’Europe de l’Est, sans être « marqué », comme se définit Imre Kertész .
Certains se laisseraient abattre, auraient baissé les bras, ou envisagé le suicide, Imre Kertész, décidera au contraire de lutter contre ces totalitarismes, de dénoncer le nouvel antisémitisme, né après Auschwitz, Auschwitz qui « marque un tournant comme par exemple en physique, la théorie quantique »et d’être l’un de ces auteurs alertant les lecteurs. Son engagement fut vraisemblablement, un élément décisif dans l’attribution du Prix Nobel.

Lire la suite

« Être sans destin » – Imre Kertész

Etre sans destin

« Être sans destin » que j’ai trouvé par hasard dans une boîte à livres quelques jours après l’annonce du décès d’Imre KERTÉSZ, est le Xième livre que je lis sur les camps.

Ce ne sont pas des livres mais des destins, des vies, et nous devons les accepter tels qu’ils sont. 

Bien que les faits, bien que l’horreur restent identiques, selon la sensibilité, la personnalité, l’âge au moment des faits de celui qui les a vécus dans sa chair, chaque livre sera différent.
« Être sans destin » est un livre différent, qui apporte un éclairage nouveau, le regard d’un prix Nobel de littérature sur le gamin de 15 ans qu’il était en 1944.

Lire la suite