« Désorientale » – Négar Djavadi

desorientaleUne jeune femme, Kimiâ Sadr patiente dans la salle d’attente du service de procréation médicalement assistée de l’hôpital Cochin à Paris. Sur ses genoux une petite éprouvette contenant les paillettes du papa……Elle observe les autres femmes, venues en couple, et dans l’attente du médecin, remontent à son esprit tout ce passé, tous ces événements qui l’ont amené ici …une longue histoire qui nous fera voyager sur quatre générations, entre la Perse, qui n’était pas encore l’Iran, la Turquie, l’Allemagne et Paris.

Lire la suite

« Manuel d’Exil » – Velibor ČOLIĆ

manuel-dexilDéserteur de l’armée bosniaque, Vélibor ČOLIĆ, arrive en France. Il a 28 ans, il est écrivain dans son pays, mais réfugié en France. Il a bac + 5 en Bosnie, ici il n’est rien : « Aucune importance, ici tu commences une nouvelle vie. » lui dira la dame du centre d’accueil. Il est l’un de ces réfugiés, dont les médias, les politiques nous parlent régulièrement. Errant de foyer d’accueil en foyer d’accueil, de ville en ville en Europe. Avec dérision et lucidité il dit de lui : « Je sais que je ne représente plus rien pour personne. Je ne suis même plus un être humain. Je suis juste une ombre parmi les ombres. »

Lire la suite

« Ostende 1936 – Un été avec Stefan Zweig » – Volker Weidermann

ostende-1936-un-ete-avec-stefan-zweigRencontres fictives ou réelles ? …..qu’importe. Volker Weiderman, met en scène des exilés fuyant le nazisme, se retrouvant à Ostende, le temps d’un été. Ils sont tous de bonnes raisons : leurs livres sont brulès sur la place publique en Allemagne, parce qu’ils ne sont pas conforme aux doctrines nazies ou parce que les auteurs sont juifs. D’autres ont fui pour des raisons politiques dès l’avènement d’Hitler au pouvoir, ou sont communistes….Parmi eux, Stefan Zweig, auteur riche et reconnu accompagné de sa secrétaire Lotte Almann, Joseph Roth, auteur alcoolique, sans le sou accompagné de sa maitresse Irmgard Keun , Arthur Koestler, Egon Erwin Kisch …

Lire la suite

« Je ne suis pas celle que je suis » – Chahdortt Djavann

je-ne-suis-pas-celle-que-je-suisDonya, jeune fille iranienne, n’a qu’un désir, celui de fuir le régie des mollahs, qui lui imposent le port du foulard, qui persécute tous ceux qui tentent de prendre quelques libertés avec leurs lois, avec leurs interdits. Une jeune fille de plus en plus rebelle au fil des pages, qui sera torturée à 12 ans, violée à vingt ans…
Elle brave les interdits en passant des nuits avec Armand, son ami. Femme, elle n’a pas le droit d’être avec un homme avec lequel elle n’est pas mariée…La seule solution qui s’offre à elle, c’est de quitter l’Iran, de se marier avec un étranger, qu’elle n’aimerait pas, et d’obtenir un visa. « Je sais pourquoi j’accepte ce mariage arrangé : parce que tout simplement, ça m’arrange. »
Oui, mais Donya est foncièrement honnête avec les autres et avec elle-même…Elle n’a jamais accepté l’hypocrisie et le mensonge du régime, tous les mensonges, toutes les hypocrisies, la turpitude. 

Lire la suite

« Comment peut-on être français ? » – Chahdortt Djavann

comment-peut-on-etre-francaisRoxane Khân, jeune iranienne, née en 1975, arrive à 25 ans à Paris pour fuir le régime des mollahs. Elle ne connait pas notre langue, ni notre pays. Éblouie par cette liberté nouvelle, elle déambule toute la journée et achète finalement un vélo pour découvrir encore plus rapidement cette nouvelle vie, cette ville. Elle a laissé en Iran des dizaines de frères et sœurs, elle est bien incapable d’en dire le nombre, son père Pacha Khan avait tant de femmes qu’elle ne connait même pas sa mère ni toutes ses sœurs. 
Quel bonheur pour elle d’abandonner son tchador noir, uniforme taillé par le gouvernement, de monter à vélo, de s’assoir à une terrasse de café et d’y commander un verre de vin…toutes chose interdites là-bas!
Pour être admis en France, pour devenir française, une fois les papiers obtenus, rapidement en ce qui la concerne, il lui faudra gagner de l’argent, trouver du travail et maîtriser notre langue.

Lire la suite