« Marx et la poupée » – Maryam Madjidi

marx et la poupéePremiers mots de la 4 ème de couverture : « Depuis le ventre de sa mère, Maryam vit de front les premières heures de la révolution iranienne. Six ans plus tard, elle rejoint avec sa mère son père en exil à Paris. »
Connaître l’exil de la bouche de ceux qui l’on vécu… Un exil et un roman couronné du Goncourt du premier roman ! Double tentation quand on s’intéresse à notre monde!… Non?
« Exilés », « Réfugiés »…Ces mots qu’on retrouve régulièrement dans la bouche de nombreux décideurs, et aussi dans celle de l’homme de la rue, soit parce que ce sont des mots de rejet de ces étrangers, porteurs de tous les maux de la création, soit parce que d’autres, bien moins nombreux – en tout cas bien moins vindicatifs, et qu’on entend moins dans les médias et les discours – accompagnent ces exilés afin qu’ils s’insèrent du mieux possible dans notre société.
Maryam a de vagues souvenirs de cette révolution iranienne, qui vit arriver à la tête de l’Iran les ayatollah, leur rigorisme religieux, leurs barbes, leur robes noires et surtout leurs tueurs pourchassant les opposants. 

Lire la suite

« Porte de la Paix céleste » – Shan Sa

porte-de-la-paix-celestePar miracle Ayamei l’étudiante arrive à quitter La place de la Paix céleste – Tian an men, envahie par les chars de l’armée :les morts jonchent les rues, le sang macule les trottoirs….Ayant été l’une des meneuse du mouvement, elle est rapidement recherchée par le pouvoir, par un jeune officier Zhao qui a reçu l’ordre de la capturer….
Il est issu de la Chine profonde, une Chine qu’il a du traverser, en train, à l’occasion de plusieurs jours de voyage pour rejoindre l’école militaire. Une école qu’il n’a pas quitté pendant ces sept ans qui lui a même appris à lire et à écrire….et à ne pas penser.  Il est un de ces soldats élevés par le socialisme qui « leur avait donné une nouvelle vie, les avaient sauvés de la misère, du mépris, du destin auquel ils étaient condamnés. » 

Lire la suite

« Ce qu’il advint du sauvage blanc » – François Garde

Ce qu'il advint du sauvage blancAbandonné à 18 ans au 19ème siècle par son bateau et par ses compagnons sur une plage d’Australie, Narcisse Pelletier y restera presque 17 ans. Il allait chercher de l’eau pour ravitailler son bateau. Mais celui-ci lèvera l’ancre sans lui. Pourquoi a t-il été abandonné ?  Le jeune homme préfère ne pas penser à un oubli de ses compagnons :« Ce n’était pas un abandon délibéré, une trahison qui le visait personnellement, mais la conséquence d’une situation périlleuse ». Retrouvé et « adopté » par une vieille femme noire, membre d’une tribu aborigène, il va, après s’être fait dépouiller de ses habits, de son couteau, de ses habits et de son anneau de laiton dans l’oreille, suivre, nu, la vie de cette tribu d’aborigènes et en adopter les meurs et coutumes. Lire la suite

« HHhH » – Laurent Binet

HHhHUn livre dont tout lecteur, un peu passionné par l’histoire du XXème siècle connait la fin…L’élimination de Reinhard Heydrich, chef de la Gestapo, chef des services secrets nazis, par deux parachutistes venus de Londres..Un livre toutefois passionnant.  
J’avais écrit « l’assassinat », que j’ai remplacé par « l’élimination »…l’assassinat étant un crime réprimé par la loi de tout pays civilisé, …l’élimination est une délivrance
Livre d’histoire ou roman? 

Lire la suite

« Meursault, contre-enquête » – Kamel Daoud

Meursault, contre-enquêteUn vieil homme Haroun raconte l’histoire de sa vie, une histoire qui le hante, qui a détruit la vie de sa mère, l’histoire de la mort de son frère Moussa, « l’arabe sans nom » tué par Meursault dans l’étranger de Camus. Ce vieil homme avait 7 ans au moment des faits

Avant de lire ce livre, j’ai souhaité re-re..relire l’Etranger, afin de l’avoir bien présent à l’esprit. Je vous conseille vivement de le faire également. Lire la suite