« Neige » – Maxence Fermine

NeigeNe passez pas à coté de ce petit bijou  et de ces moments de poésie, et de bonheur assurés
 
Le périple de Yuko, jeune poète de 17 ans amoureux de la neige, écrivant des haïkus, petits poèmes de trois vers et de 17 syllabes ayant tous la neige pour thème. 
 
Yuko traverse le Japon et les Alpes japonaises pour aller à la rencontre de Soseki, très vieux maître en poésie, ancien samouraï, afin que ce dernier lui apprenne à « mettre de la couleur dans ses poèmes ».

Un livre court, comme ces Haïku, un livre qui se lit en quelque heures, un auteur que je découvre….  Une très belle écriture emplie de poésie et de finesse dont on ne se lasse pas, qu’on a envie de lire et de relire  : « Écrire, c’est avancer mot à mot sur un fil de beauté, le fil d’un poème, d’une œuvre, d’une histoire couchée sur un papier de soie…..« 


Qui est Maxence Fermine ?


Quelques extraits 
  • « Au grand dam de son père, Yuko embrassa la carrière de poète les premiers jours de janvier 1885. Il décida de n’écrire que pour célébrer la beauté de la neige. Il avait trouvé sa voie, il ne se lasserait jamais de cette vie étincelante. » (P.19)
  • « La neige possède cinq caractéristiques principales 
    Elle est blanche
    Elle fige la nature et la protège 
    Elle se transforme continuellement
    Elle est une surface glissante
    Elle se change en eau » (P. 23)
  • « Le chiffre sept est un chiffre magique. Il a la fois de l’équilibre du carré et du vertige du triangle » ( P.25)
  • « Tes œuvres sont merveilleusement belles, dansantes, musicales, mais aussi blanches que la neige. Il leur manque la couleur, la peinture. Tu n’est pas peintre, c’est cela qui te fait défaut. Simplement cela. Et c’est pourquoi si tu ne m’écoutes pas, ta poésie restera invisible aux yeux du monde »(P. 34)
  • « La lumière est intérieure, elle est en soi. Seule la couleur est au-dehors. « (P.49)
  • « L’amour est bien le plus difficile des arts. Et écrire, danser, composer, peindre, c’est la même chose qu’aimer. C’est du funambilisme. Le plus difficile, c’est d’avancer sans tomber. « (P.50)

Une réflexion sur “« Neige » – Maxence Fermine

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s