« Arrête avec tes mensonges » – Philippe Besson

Arrête avec tes mensongesEn 1984 Philippe Besson avait 17 ans, et allait passer le bac dans un lycée de province, celui de Barbezieux en Charente. Les gamins sont méchants, ce n’est pas une nouveauté, alors comme il aimait les livres et n’était pas du tout intéressé par le sport, les insultes fusaient »sale pédé », « tapette ». Insultes tellement faciles, timide on ne lui connaissait aucune petite amie….et puis un jour son regard croisât celui d’un autre jeune…il se retrouvèrent et découvrirent ensemble les caresses, la sexualité, le manque, le besoin de se retrouver…et le nécessité de se cacher, de s’ignorer devant les autres malgré une complicité certaine.  
Impossible de s’afficher ensemble, il fallait rester discret, c’était il y a plus de 30 ans. Aujourd’hui encore !

Récit autobiographique réaliste, troublant de vérité, dans lequel le lecteur perçoit toute la douleur de l’auteur, toute la force de cet amour pour Thomas. Thomas qui disparut de sa vie une fois le bac obtenu. Chacun partit de son coté, ferme familiale pour Thomas, classes préparatoires pour Philippe. Vie sédentaire pour l’un, tour du monde pour l’autre.
C’est le premier livre de Philippe Besson que je lis : il était en tête du rayon « Nouveautés » de la Médiathèque, et puis je ne suis pas très attiré par ces auteurs contemporains aux multiples ouvrages. 
J’ai certainement tort, je le concède.
Je suis donc bien incapable de faire référence à d’autres titres de cet auteur. Mais cette rencontre, ce premier vrai amour a certainement été déterminant dans sa vie , comme pour beaucoup d’entre nous. Il ne s’en cache pas, bien au contraire. 
Alors Thomas a souvent hanté les pensées de l’auteur..mais je n’en dirai pas plus
Ce récit poignant et douloureux, ce récit d’amour n’a pas le coté mièvre ou mélo de nombreux autres récits. On ne peut qu’être troublé par cette histoire, par cette révélation, et surtout pas les conditions qui ont permis à Philippe Besson de ne rien cacher, ni les circonstances, ni le nom de cet amour, de cet homme. Un drame.
Quelques heures de lecture qui laisseront une trace, et me permettront peut-être de mieux découvrir Philippe Besson.
Editeur:  Julliard – 2017 – 194 pages

Qui est Philippe Besson


Quelques lignes

  • « Nous, on est rabougris, comprimés, dans notre censure. Il y a cette brûlure de ne rien être autorisé à dire, de devoir tout taire, et cette question terrible, cet abîme sous les pieds : si on n’en parle pas, comment prouver que ça existe ? Un jour, quand l’histoire sera terminée, puisqu’elle se terminera, nul ne pourra témoigner qu’elle a eu lieu. L’un des protagonistes (lui) pourra aller jusqu’à la nier, s’il le souhaite, jusqu’à s’insurger qu’on puisse inventer pareilles sornettes. L’autre (moi) n’aura que sa parole, elle ne pèserait pas lourd. Cette parole n’adviendra jamais. Non, je n’ai jamais parlé. Sauf aujourd’hui. Dans ce livre. Pour la première fois. » (P. 107)
  • « On ne se défait jamais de son enfance. Surtout quand elle a été heureuse. » (P. 124)
  • « Après ? Après, c’est le silence. De longues minutes de silence. Parce qu’il n’y a plus rien à dire, parce que tout a été dit, parce qu’il n’y a plus qu’à se séparer désormais, mais on n’y arrive pas, on n’en est pas capables, en réalité on voudrait rester ensemble encore un peu, retenir le moment, parce qu’on devine que c’est le dernier moment, qu’il n’y en aura plus. » (P. 191)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s