« Des fleurs pour Algernon » – Daniel Keyes

Des fleurs pour AlgernonUn petit bijou à dévorer d’urgence si vous ne connaissez pas. 
« Le Dr Strauss dit que je devrez écrire tout ce que je panse et que je me rapèle et tout ce qui marive à partir de mintenan »….Alors Charlie écrit, avec ses mots, dans des « conte randu » datés, tout ce qui lui passe par la tête, ses émotions, décrit sa vie, ses amis, son bonheur de vivre.
Charlie est un infirme moteur cérébral…Parce que Monsieur Donner, boulanger connaissait son oncle, il l’embaucha pour lui confier des petits travaux, livraison, nettoyage. Charlie est heureux, il est apprécié de ses collègues de travail. Charlie a été volontaire pour que le professeur Nemur tente sur lui une opération du cerveau qui lui donnerait les capacités intellectuelles qu’il n’a pas.

Charlie « a anvi d’être un télijen ». La première opération pratiquée par le docteur Nemur a été effectuée sur la souris Algernon, souris devenue plus intelligente que Charlie, puisqu’elle va huit fois plus vite que lui pour trouver sa sortie du « birinte » dans lequel elle est enfermée.
Au fil des pages, l’écriture et l’orthographe de Charlie vont s’améliorer, le gamin va même devenir un génie, maîtrisant plusieurs langues, capable de jouer du piano comme un virtuose, participant aux  travaux du docteur Nemur en lui lui donnant des conseils, donnant des conférences et écrivant des thèses…. il deviendra,  un « idiot de génie » présenté au monde scientifique, par le professeur Nemur un peu comme une bête de concours… 
Roman d’anticipation qui ne doit surtout pas faire fuir les lecteurs peu familiarisés avec cette littérature, « Des fleurs pour Algernon » est avant tout un roman profondément humain, d’une écriture émouvante. Charlie est apprécié et aimé de ses collègues de travail, mais il fut rejeté par les siens…Alors il vit en institution spécialisée. Il se sent utile dans son travail, il est heureux, même si on se moque de lui, si on rit de lui dans la rue. Page après page, il prendra conscience de sa position de cobaye, dans laquelle, malgré toutes ses compétences, l’Homme est oublié par ceux qui l’ont créé. Un homme grandi trop vite, un génie avec une âme d’enfant, ou de pré-adolescent, qui lui rend difficiles et maladroites les relations avec les femmes….
« Des fleurs pour Algernon » est aussi un roman décrivant le monde avec les yeux d’un gamin handicapé, un monde que l’auteur, enseignant,  connaissait. S’ils sont handicapés moteurs, handicapés cérébraux, ils ne sont certainement pas handicapés du cœur…Charlie avec son âme d’enfant, entend tout, ne comprend pas tout, loin de là, il ignore la méchanceté. Il rit avec ceux qui rient de lui, mais en souffre profondément, même s’il le cache. Même Charlie devenu génie, revendique d’être considéré comme un homme, doté de sentiments et non comme un animal de laboratoire…Instruction et intelligence ne vont pas toujours de pair. Il le découvre. Cette approche psychologique du roman, voire philosophique par bien des aspects est passionnante. 
Roman d’anticipation, lors de sa parution, « Des Fleurs pour Algernon », aborde des points qui sont dorénavant d’actualité..Certes, la science ne sait pas encore réparer les cerveaux des handicapés moteurs cérébraux, mais les opérations du cerveau afin de supprimer des tumeurs, les implantations d’électrodes pour compenser les effets de la maladie de Parkinson sont devenues courantes…on connait le rôle de certaines enzymes dans la dégénérescence du cerveau…Toutes choses qui étaient méconnues il y a un peu plus de cinquante ans lors de la parution initiale du roman…
Anticipation ! ..pour combien de temps encore ?
Ah zut !! J’ai oublié de vous le dire : Algernon la souris présente bientôt des troubles…le roman bascule.
Émotion !
Ne vous privez pas de cette découverte. une relecture m’apportera, j’en suis persuadé d’autres regards

Éditeur :  Flammarion Tribal – Traduction :  Georges H. Gallet – 1966 – 452 pages


Qui est Daniel Keyes


Quelques lignes

  • « Il a dit Charlie nous avons travailé a ca depuis lontan mais seuleman sur des animos come Algernon. Nous somes certin qu’il n’y a pas de danger fisique pour toi mais il y a bocou d’otres choses dont je ne peux rien dire avant d’essayé. Je voudrait que tu comprène qu’il se peut qu’il arive quelque chose ou que rien n’arive du tou. Ou même ca peut réussir tanporêreman et te laissé ansuite en plus mauvaise posture que tu n’es maintenan. Esse que tu comprend ce que cela signifie. Si ca arive il nous faudra te renvoyé a l’asile Warren.
    J’ai dit sa m’est égal passe que je n’ai peur de rien. » (P. 21)
  • « Elle dit pour un garçon à qui Dieu a si peu donné tu as fait plus qu’un tas de gens qui ont un cerveau dont ils ne se servent même pas. J’ai dit que tous mes amis sont des gens intelligents et bons. Ils m’aiment bien et ne m’ont jamais rien fait qui ne soit pas gentil. À ce moment elle a attrapé quelque chose dans l’œil et il a fallu qu’elle coure aux toilettes des dames. » (P. 59)
  • « L’une des choses qui m’embrouillent, c’est de ne jamais savoir, quand une réminiscence émerge de mon passé, si cela est vraiment arrivé de cette manière ou si c’est la manière dont cela m’est apparu à l’époque, ou si je l’invente. Je suis comme un homme qui a été à demi endormi toute sa vie et qui essaie de découvrir comment il était, avant de se réveiller. Tout surgit étrangement brouillé et comme au ralenti. » (P. 124)
  • « L’intelligence et l’instruction qui ne sont pas tempérées par une chaleur humaine  ne valent pas cher. » (P. 364)

 

Une réflexion sur “« Des fleurs pour Algernon » – Daniel Keyes

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s