« L’emprise » – Marc Dugain

« Dieu me garde de mes amis ! Mes ennemis, je m’en charge »

…..un proverbe qui a sans aucun doute servi d’inspiration à Marc Dugain…….

…y compris les amis de trente ans..rajouteront certains. Plongée dans le marigot politique, celui où tous les coups sont permis, surtout les coups bas. 

Philippe Launay est candidat à la présidence de la République, d’autres parmi ses amis politiques, aussi…

Point de départ d’un roman, décrivant le marigot politique français, marigot dans lequel tous les arguments sont jetés sur la place publique, y compris les saloperies familiales. Des coups tordus dans lesquels interviennent des sociétés importantes faisant leur beurre dans le nucléaire ou l’électricité…des agents plus ou moins secrets, des entreprises d’incinération de déchets, des délégués syndicaux… des femmes. Pure fiction !

Services secrets, espions, influences étrangères, secrets familiaux…complètent le panorama. Tout est bon pour déstabiliser son adversaire, y compris le billard à trois bandes, que doit  maîtriser tout candidat. 

Mais où Marc Dugain va-t-il donc chercher tout ça?

Le livre a été couronné par le prix du Roman-News. Ce prix récompense un livre qui traite sous forme romanesque l’actualité, une situation, une histoire ou bien des protagonistes ayant effectivement existé. Tiens, tiens !…

Le fait est qu’on reconnait en filigrane et en partie, plusieurs personnages ou plusieurs situations brocardés par la Canard.

Ce n’est pas le genre de sujet qui d’ordinaire fait mon bonheur, ce n’est pas du tout un milieu qui me fascine, loin de là…J’en suis même à en être parfois écœuré. Mais ce livre cherchait une bonne âme dans une boite à livre, quelqu’un qui pourrait l’adopter pour quelques heures. Le plaisir de cette lecture a été atténué par l’aversion que m’inspirent ces hommes politiques prêts, bien souvent, à tous les coups tordus pour arriver à leur but. Aversion confirmée par cette lecture. 

Oui, je sais, le monde politique n’est pas le monde des bisounours, et je suis peut-être trop idéaliste ! On ne se refait pas.

Merci toutefois à Marc Dugain. Depuis j’ai rendu sa liberté à ce livre, en espérant qu’il donnera quelques heures de plaisir de lecture à d’autres.

Je ne pense pas cependant avoir pour compagnons de route les tomes 2 et 3 

Editions Gallimard – 2014 – 312 pages


Présentation de Marc Dugain


Quelques lignes

  •  » Tous ces gens qui vont voter pour mon mari, je ne comprends pas qu’ils lui accordent leur confiance, il ne la mérite pas. S’ils savaient l’homme qu’il est.  » (P. 41)
  • « Il y a deux façons d’être prudent dans la vie : la première c’est de faire les choses prudemment, la seconde c’est de ne rien faire. » (P. 132) 
  • « Un journaliste d’investigation à la solde de Lubiak a découvert que les incinérateurs de seconde génération installés par Futur Environnement il y a une dizaine d’années auraient émis des taux de dioxine supérieurs à ce qui est tolérable et qu’on aurait des cas de cancer chez des sportifs qui se seraient entraînés sur un stade jouxtant l’un d’entre eux. » (P. 140) 
  • « On a créé une technocratie européenne qui vit au-dessus des règles démocratiques. » (P. 196)
  • « La question de la rancune en politique est une question centrale, comme dans tous les milieux où l’on ne parvient à ses fins qu’en éliminant les autres. » (P. 245) 
  • « Tout est si incroyable dans notre métier. Vous imaginez qu’on en touche un mot aux gens ordinaires ? Ils nous prendraient pour des fous. » (P. 265) 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s