« Rivage de la colère » – Caroline Laurent

Le paradis peut devenir l’enfer d’une vie…!

Allez hop dégagez le terrain! Abandonnez là tous vous animaux domestiques, vos poules et vos chiens! Partez faire un dernier adieu à vos ancêtres enterrés là!…

Nous avons besoin de votre île pour que nos amis américains y implantent une base militaire, puissent y faire atterrir et entretenir leurs B 52, les ravitailler en kérosène et en bombes…

« Les ordres sont les ordres. Vous avez une heure pour rassembler quelques affaires. Pas de meubles, pas de choses encombrantes. Le strict minimum. Une heure ! Les soldats vont vous accompagner. »

Et il partirent contraints et forcés, larmes aux yeux, sans aucun espoir de retour…

Les tombes familiales tomberont en ruine, les chiens seront gazés. 

Roman fiction…? Non ! Dure réalité de ces habitants de cet archipel des Chagos dépendant de Maurice ! Pourtant tous avaient voté et approuvé le projet d’indépendance de Maurice proposé par le gouvernement anglais en août 1967…projet dont était exclue l’île de Diego Garcia, « détachée de Maurice » et restant sous gouvernement anglais car lorgnée par les Américains pour sa position et sa géographie…

On leur avait caché, qu’ils devraient l’abandonner….pour 50 ans reconductibles. 

Dur exil de ces familles quittant tout, avec une valise pour seul bagage.

Émouvant et révoltant témoignage mêlant vérité historique, vice du gouvernement britannique et passion entre deux jeunes adultes, notre narratrice et  Gabriel, créole travaillant dans les services du gouverneur. 

Tous deux manipulés par l’Histoire et les hommes. 

Passion prétexte pour nous montrer le vice de ces gouvernants, le dénuement de ces populations débarquant sur l’île Maurice, sans solution d’accueil convenable pour les loger, se retrouvant dans des bidonvilles… et nous faire découvrir l’Histoire écrite par les puissants sans aucune considération pour les petits. 

Mais ce n’est pas nouveau !

« Si les Chagossiens avaient été blancs, jamais ils n’auraient été chassés de cette façon.»

Bref…un beau coup de cœur, une belle claque ! 

Éditions Les Escales – 2020 – 413 pages


Lien vers la présentation de Caroline Laurent


Quelques lignes

  • « C’est quoi un touriste ? Un Blanc en bermuda et en tongs qui vient oublier à Maurice qu’il gagne de l’argent ? » (P. 16)
  • « « Faire peur tout en donnant de l’espoir. » En sortant de son entretien avec Harold Wilson, le futur dirigeant Ramgoolam devait retenir une seule chose : l’indépendance de Maurice était conditionnée au « détachement » de l’archipel des Chagos. » (P. 123)
  • « L’archipel resterait dans l’escarcelle britannique quelle que soit l’issue du référendum sur l’indépendance. » (P. 124)
  • « Le gouvernement mauricien avait vendu les Chagossiens aux Anglais. Vendu, littéralement. Ce n’était pas seulement une question de pouvoir et d’indépendance de l’île. Trois millions de livres sterling étaient en jeu. » (P 224)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s