« Erectus » – Xavier MÜLLER

« Le virus épargne la vie de la personne ou de l’animal infecté, mais ses effets sont plus dévastateurs qu’une bombe. »

On ne parlait pas encore de notre virus, celui qui nous gâche la vie, nous isole derrière nos masques et nous prive de notre liberté…Xavier Müller, quant à lui, imaginait pour nous, une autre vie…une vie confrontée à un virus qui fait régresser tous ceux qu’il frappe…, les hommes comme les animaux….à la suite d’une erreur d’un laboratoire, un de ceux qui font travailler des docteurs Mabouls.

L’homme touché se couvre de poils, ne parle plus, ses mâchoires deviennent proéminentes, ses bras s’allongent au point de toucher terre, les éléphants touchés par le virus deviennent en quelques jours des gomphotherium…ces éléphants de plusieurs tonnes présentant trois défenses..je vous en passe

Le virus Krüger a frappé, les  hommes comme les animaux régressent : « Le virus des cavernes » !

Et si les céréales qui nous nourrissent régressaient elles aussi ?

New-York, Paris, toutes les villes, sont arpentées par des hommes couverts de poils, des homo-erectus, nos papy armés de gourdins qui venaient de domestiquer le feu.

Partout on imagine des premières mesures de confinement….voire des mesure de protection par des tirs à balles réelles. L’Élysée comme la Maison Blanche s’affolent face à la crise économique, les gens se battent partout pour faire des stocks…en Chine, on tire sur un homme Krüger inoffensif.

Des mouvements d’autodéfense se constituent et des centres de rétention sont mis en place dont un au zoo de Vincennes….dans lequel les Homo Erectus sont enfermés tels des animaux .

Délire d’un auteur ? Que nenni, on apprend que certains serpents ont muté au cours de leur évolution, ont eu ou perdu des pattes…le petit Gecko qui se colle aux murs a perdu puis retrouvé ses pattes..Alors pourquoi pas imaginer d’autres évolutions animales ou humaines?

Des évolutions de science fiction ou des régressions ?

D’autres l’ont également imaginé, tel Frank Thilliez avec Pandemia.

Ce phénomène connu n’est pas un délire d’auteur de science fiction, c’est celui de la régression : des gènes peuvent muter…des expériences ont déjà été tentées en laboratoires sur des embryons de poulet.

Alors l’humanité va se lancer dans la recherche de vaccins afin d’enrayer cette régression. Les gouvernants affolés prennent parfois des décisions hasardeuses, les égoïsmes nationaux freinent souvent une gestion collective de la crise, les réseaux sociaux quant à eux, font émerger des donneurs de leçons, des chantres du yakafautquon…des vrais cons souvent….cruelle actualité !

« Les États-Unis ont décrété « cause nationale » la fabrication des antiviraux à venir. Ils veulent être les premiers sur ce marché juteux et donner un coup de fouet à l’économie. Les hommes n’ont même pas encore complètement échappé à la mort que les affaires reprennent le dessus. »

On ne peut s’empêcher de mettre en parallèle nos vies masquées, nos mesures de protection, et nos inquiétudes économiques avec ce cauchemar imaginé par un auteur…et de trouver de bien inquiétantes ressemblances, des ressemblances qui ne sont nullement des délires de gogos ayant fumé la moquette, des ressemblances qui doivent nous interroger….une régression de notre humanité et de nos modes de vie est-elle inenvisageable ?

Est-ce que l’évolution est à sens unique?

L’auteur précise : « L’idée que des espèces puissent faire machine arrière le long du chemin de l’évolution est démontrée depuis maintenant une quinzaine d’années. Les paléontologues ont même un mot pour désigner le phénomène, celui de « réversion » »

Je n’ai pu m’empêcher de penser aux mots de Fabien Marsaud, dit Grand Corps Malade, parlant de notre coronavirus : « Et si ce virus avait beaucoup d’autres pouvoirs que celui de s’attaquer à notre respiration, S’il essayait aussi de nous rendre la mémoire sur les valeurs oubliées derrière nos ambitions. »

Quand cette fiction rejoint notre réalité!

XO Éditions – 2018 – 425 pages


Lien vers la présentation de Xavier Müller


Quelques lignes

  • « Un laboratoire de virologie de Pretoria aurait identifié un virus entraînant des malformations chez son hôte animal. Selon l’auteure de la découverte, ces malformations rappelleraient d’anciens traits morphologiques ayant appartenu à l’espèce infectée, des millions d’années auparavant. La conclusion, pour le moins hardie, indiquait que l’agent pathogène aurait la faculté de ressusciter ces traits. La biologiste en question, une certaine Cathy Crabbe, était devenue la cible de moqueries et son « virus Kruger » avait été rebaptisé le « virus des cavernes ». » (P. 34)
  • « Dans toutes les crises sanitaires, le public comme les politiques étaient prompts à pointer les errements des scientifiques et leur incapacité à fournir des scénarios indiscutables qui apporteraient des réponses fiables et permettraient d’anticiper l’avenir. Comme si une épidémie était une science exacte, prévisible et maîtrisable ! » (P. 148)
  • « Le Kruger ne se contentait définitivement pas de réveiller certains gènes endormis correspondant à des traits morphologiques. Il reprogrammait l’organisme et ramenait avec exactitude son génome à un état antérieur, comme s’il existait un système d’archivage génétique. Un micro-organisme détenait donc le pouvoir de renvoyer l’homme à sa propre genèse. » (P. 250)
  • « la grogne commençait effectivement à monter dans le milieu hospitalier. Face à la pandémie, les syndicats s’inquiétaient des risques encourus par le personnel médical.. » (P. 256)
  • « …Il lui avait fallu venir dans cette grotte pour entendre ce qu’il tentait de lui expliquer : humains et erectus auraient beau cohabiter, les hommes modernes considéreraient toujours leurs ancêtres comme une espèce différente de la leur. Et la réciproque était tout aussi vraie. Finalement, personne, même avec la meilleure volonté du monde, ne parviendrait à faire émerger, dans un clan ou l’autre, la conscience d’appartenir au même arbre de vie. » (P. 379)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s