« Les loups-garous dans leur jeunesse » – Michael Chabon

N’y cherchez pas le bonheur intérieur. Je ne l’ai pas trouvé!

Non! l’auteur met en scène des situations dans lesquelles les personnages dérapent, se trouvent confrontés à des situations inattendues, ou carrément « pètent les plombs »….un coup de folie inopiné, une envie soudaine les fait chavirer.

Chacune de ces petites nouvelles développant un sujet banal de la vie courante, apporte soit un plaisir de lecture nouveau voire une certaine aversion!

En tout cas ne laisse pas indifférent !

Les personnages ne sont pas tous attachants : un couple visite un appartement, une femme enceinte d’un violeur en série, un homme reçoit la visite du coach de son équipe de baseball, un autre veut voler un collier en or….

Rien de bien extraordinaire et pourtant!

Des tranches de vie de cette Amérique d’aujourd’hui, prises sur le vif presque toutes banales.

Surprise de chaque nouvelle, surprise souvent dérangeante, malsaine parfois ou ironiques

Bref…si j’ai été mal à l’aise parfois, c’est parce que l’auteur l’a sans doute souhaité : il a atteint son objectif.

J’ai découvert Michael Chabon, qui semble-t-il est un auteur reconnu de la littérature américaine et un scénariste….ça vaut le coup de pousser un peu cette découverte, d’en savoir un peu plus sur lui !

On aime ou on n’aime pas mais il ne laisse pas indifférent

Éditeur : Pavillons poche / Robert Laffont – 1999 – Traduction par Michèle Albaret-Maatsch – 338 pages


Lien vers la présentation de Michael Chabon


Quelques lignes

  • « Christie avait accepté de s’unir pour la vie à un homme dont les caresses laissaient son vagin totalement sec, et Daniel s’était engagé dans une existence où il se résumait à n’être qu’une source de contrariétés pour sa compagne. » (P. 80)
  • « La peau du bébé avait la couleur du lait écrémé, elle était souillée, luisante, mouchetée de petites taches rouge sombre. un fin duvet, tout emmêlé et poisseux, lui couvrait le dos et les épaules » (P. 132)
  • « Dolorès et lui étaient restés mariés trente mois. Il y  avait eu un baiser extraconjugal, une entreprise désastreuse, une fausse couche, un malaise au plan sexuel, et, très vite, ils avaient été forcés d’affronter l’échec d’une expédition dans laquelle ils s’étaient lancés remarquablement mal équipés, tels deux voyageurs qui, partis pour traverser l’Arctique, se retrouvent coincés quelque part et obligés de manger leurs chiens.  » (P. 184)

 

 

Une réflexion sur “« Les loups-garous dans leur jeunesse » – Michael Chabon

  1. Étrange lecture en effet, mais comme tu le dis ,chaque auteur est une découverte en soit . Cette compilation de nouvelles semble valoir un petit détour…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s