« La fille qui aimait les nuages – L’impératrice Rouge – Le royaume de Nina » – Patrice Montagu-Williams

« Les diplomates de carrière sont tous fabriqués en série et formatés. En bout de chaine, on change la calandre et on bricole un peu les finitions, selon la fonction. » (P. 157)

Diplomates, hommes du Sdec, barbouzes, flics, politiciens plus ou moins véreux, trafiquants, prostituées…et réfugiés…que de personnages et d’atmosphères dans ces trois « micro-romans » que je ne n’aurais peut-être pas achetés, si Babelio et Masse  Critique ne me les avaient pas proposés et pourtant ….

Lus en quelques heures, ces trois petits textes nous transportent depuis les îles vietnamiennes sur lesquels lorgne la Chine pour leur pétrole, vers les beaux quartiers de Paris, en passant par les bureaux et les hommes de la DGSE,  les trottoirs de Paris, les bureaux de la compagnie pétrolière Total,  et ceux d’oligarques russes et toutes les magouilles, les parties de billard à trois bandes, de poker menteur….dans lesquelles chacun essaie de rouler ou de profiter des autres. 

Tout ceci, pondéré de traditions et d’animaux, d’éléphants, de grenouilles et crapauds, chers aux traditions et légendes orientales…..est en miroir avec notre actualité, avec les préoccupations et tensions de notre monde…

Bref ce n’est pas le monde des bisounours, loin de là !

Dépaysement garanti…vers un monde qui ne me passionne pas, loin de là

Malgré tout, je pense que je vais poursuivre la découverte de cet auteur.

Éditeur : Gope – Masse critique Babelio – 2022 – 238 pages


Lien vers la présentation de Patrice Montagu-Williams


Quelques lignes

  • « N’oublie jamais : pour nous, tu l’as compris, l’ennemi, c’est la Chine. Notre pays s’est construit  avant tout en résistant aux invasions chinoises. Les Français, les Américains, n’ont été que de courtes parenthèses dans notre histoire millénaire. » (P. 27)
  • « Chez nous c’est le parti qui décide souverainement si une information est crédible ou non. Et le parti se trompe rarement, comme vous le savez. Quant à l’opinion publique, c’est un concept capitaliste qui n’a pas cours dans une démocratie populaire. » (P. 59)
  • « …l’homme a trois âmes, la première donne la vie à l’individu et reste parmi les vivants après sa disparition, la deuxième part définitivement au pays des ancêtres et la troisième se réincarne dans un être humain ou un animal. » (P. 68)
  • « C’est cela, la force du Parti : on ne sait jamais qui l’on a réellement en face de soi. » (P. 96)
  • « Votre culture est un mélange de ces deux systèmes grec et biblique, il vous est donc impossible d’y échapper. Le Bouddha, lui, ne nous dit jamais ce qu’il faut faire ou ne pas faire. Et c’est cela que vous ne pouvez pas comprendre, car vous avez, toujours gravé dans votre inconscient, la nécessité de vous définir par rapport à des commandements ou à des lois. (P. 187)
  • « Quand on est réfugié, la première des choses que l’on apprend, dès que l’on sait marcher, c’est à regarder de tous les côtés et à ne rien oublier car le danger est partout. » (P. 193)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s