« Maintenant » – Mamadou Mahmoud N`Dongo

maintenantDéconcertant et inhabituel…..
3 petits textes, que j’ai relus, afin de m’en imprégner, 
« Maintenant je me suis habitué à ta présence » est une suite de réflexions d’une phrase ou de quelques lignes, apparemment sans suite, une par page, dont on a l’impression qu’elles sortent de « je ne sais où ». Certaines ressemblent à des sujets de bac philo, d’autres sont des coups de gueule, des coups de poing de nature féministes, ou en relation avec l’exil, les origines, les relations hommes-femmes….Puis dans les dernières pages l’auteur nous en donne l’explication, l’origine….on les comprend alors mieux. J’ai éprouvé le besoin de les relire, ce qui m’a permis de les apprécier un peu plus. A vous de faire votre lecture et d’en comprendre la raison d’être.

Lire la suite

« Le grand marin » – Catherine Poulain

le grand marinÇa roule, ça tangue, ça gueule, on en prend plein la tête…. du bruit, des vagues…ça secoue !
Lili, la narratrice, a tout plaqué. Elle a quitté sa Provence et son chaud soleil pour chercher autre chose, loin de tout, en Alaska. 
Promenade sur le port de Kodiak, des bateaux se préparent à partir :  
« – Tu cherches quelque chose ?
– Du travail…
– Monte donc à bord ! « 
Premier contact avec ce monde. Ce ne sera pas sur ce bateau mais sur un autre qu’elle embarquera. Pas de carte verte, pas de licence de pêche. Une sans papiers qui risque à tout moment d’être repérée par les services de l’immigration.
Qu’importe ! une nouvelle vie commence sur le Rebel.
Elle sera la seule femme, inexpérimentée de plus, dans un monde masculin rude, celui de la pêche en haute mer. Une pêche saisonnière, lignes de pêches, casiers à crabes, filets…Morues, crabes géants, flétans, selon les périodes.

Lire la suite

« L’origine du silence » – Jed Rubenfeld

L'origine du silence.jpg16 septembre 1920 : 1er attentat terroriste dont fut victime le peuple américain : 38 morts plus de 200 blessés….à Wallstreet.
A partir de ce fait historique avéré, Jef Rubenfeld, a écrit ce roman policier plaisant à lire et instructif, qui permet de voyager des tranchées de 1918 au New-York des années 20 dans lequel les grattes ciels faisaient 24 étages…., en passant par Vienne, Prague, et de rencontrer Marie Curie et son radium, Freud.
Il a bien sur pris quelques libertés avec l’Histoire, celle avec un grand H, et comme les auteurs de cet attentat n’ont jamais été identifiés, il a conçu un roman dans lequel les héros mènent en parallèle 2 enquêtes, une sur l’attentat, et l’autre sur un vol de Radium. 3 héros de roman policier, intelligents, forts, coureurs de jupons….et un gamin …bien silencieux..

Lire la suite

« My Absolute Darling » – Gabriel Tallent

my absolute darling« Dérangeante » est sans aucun doute le terme qui convient, selon moi, le mieux à cette lecture…
Oui cette lecture m’a dérangé, dans tous les sens du terme…Mais attention, « dérangé » ne veut pas dire « désintéressé ». Loin de là ! 
Julia Alveston est une gamine de quatorze qui a poussé tout en longueur. Martin, son père et ses copains de classe préfèrent l’appeler « Turtle » ou « Croquette ». Elle vit seule avec lui, dans une baraque semblant faite de bric et de broc en forêt, un peu loin de tout, en Californie, la Californie sauvage, loin du bling-bling. Sa mère a disparu de façon étrange en mer lors d’une plongée en mer.  

Lire la suite

« Les Tisserands . Réparer ensemble le tissu déchiré du monde » – Abdennour Bidar

les tisserandsOn traiterait de fou et d’inconscient celui qui affirmerait que notre monde tourne rond, sans heurt, sans tension ! Il suffit de considérer notre actualité, les manifestations qui depuis près de 3 mois font la une des journaux télévisés, la violence, l’incivisme, la contestation des institutions…de considérer aussi que dorénavant, il est plus facile de « se parler » au travers de nos écrans par l’intermédiaire des réseaux sociaux….Mais est-ce se parler quand on s’invective, quand on propage des fausses nouvelles et quand on ne se rencontre pas, quand on n’échange pas sur des points de vue différents?  
Est-ce communiquer quand on se parle sans s’écouter ?

Lire la suite

« Chronique d’un pays natal » – James Baldwin

chronique d'un pays natalTrouvé par hasard dans un vide grenier, « Chronique d’un pays natal » rassemble divers textes écrits par James Baldwin entre 1948 et 1955…J’avais découvert cet auteur il y a bien longtemps, à la fin des années 70, dans un article. Vague souvenir remonté à la surface qui s’est transformé en vif intérêt à la lecture de ces mots de la 4 ème de couverture : « …la condition des Noirs aux États-Unis… »
Ces chroniques sont toutes parues dans des journaux français ou anglais entre 1948 et 1955…je n’étais pas encore né lorsque certaines sont parues, et je salissais mes couches pour d’autres. En tout cas je n’ai que de très vagues souvenirs quant à l’époque des plus récentes….

Lire la suite

« Marx et la poupée » – Maryam Madjidi

marx et la poupéePremiers mots de la 4 ème de couverture : « Depuis le ventre de sa mère, Maryam vit de front les premières heures de la révolution iranienne. Six ans plus tard, elle rejoint avec sa mère son père en exil à Paris. »
Connaître l’exil de la bouche de ceux qui l’on vécu… Un exil et un roman couronné du Goncourt du premier roman ! Double tentation quand on s’intéresse à notre monde!… Non?
« Exilés », « Réfugiés »…Ces mots qu’on retrouve régulièrement dans la bouche de nombreux décideurs, et aussi dans celle de l’homme de la rue, soit parce que ce sont des mots de rejet de ces étrangers, porteurs de tous les maux de la création, soit parce que d’autres, bien moins nombreux – en tout cas bien moins vindicatifs, et qu’on entend moins dans les médias et les discours – accompagnent ces exilés afin qu’ils s’insèrent du mieux possible dans notre société.
Maryam a de vagues souvenirs de cette révolution iranienne, qui vit arriver à la tête de l’Iran les ayatollah, leur rigorisme religieux, leurs barbes, leur robes noires et surtout leurs tueurs pourchassant les opposants. 

Lire la suite