« La malédiction d’Edgar » – Marc Dugain

la-malediction-dedgarPendant presque cinquante ans, des années 20 aux années 70, Edgar Hoover dirigea le FBI. Son adjoint et amant, Clyde Tolson nous fait partager ses mémoires. Marc Dugain nous précise « Cette fiction prend appui sur des événements réels et met en scène des personnalités qui apparaissent sous leur vrai nom, certains de leurs propos sont imaginaires…. ».
Marc Dugain nous dépeint un homme orgueilleux, propriétaire de son poste, jonglant avec le droit, aux méthodes illégales, écoutant, espionnant les principaux personnages politiques, les hommes de la Mafia….Il a collaboré pendant 48 ans avec 8 présidents et  18 Ministres de la Justice…
Un « Consul à vie »

Il a écouté chacun d’eux, mais aussi des gangsters, d’autres hommes politiques… Grâce aux écoutes téléphoniques et à ses fiches il connaît de chacun d’eux aussi bien les secrets politiques que les secrets d’alcôve, les confidences sur l’oreiller. Il n’est pas très attachant, il a une hantise du communisme et déclare : « J’ai trop d’amour pour ce pays, et je suis convaincu que sans moi, il pourrait bien vite partir à la dérive. Je suis le seul à connaître les vraies priorités.[…..] L’histoire saura reconnaître que j’ai été le seul à tenir la barre de ce pays au milieu de ces girouettes de la politique et du crime. »
J’étais jeune quand cet homme était en poste, et le livre de Marc Dugain, m’a fait revenir de mémoire de nombreux faits ou personnages, qui faisaient l’actualité, crise des missiles, mur de Berlin, baie des cochons, assassinats de John et Bob Kennedy, Marylin Monroe, Khroutchtchev, mort de Martin Luther King….
Cet homme prétentieux, rancunier, hypocrite parfois, était intelligent et disposait d’un profond sens politique, et d’un amour certain pour son pays, qu’il souhaitait avant tout protéger du péril rouge. On peut raisonnablement s’interroger et se demander comment aurait tourné le monde sans cet homme de l’ombre. 
Très tôt Edgar Hoover s’intéressa à Joe Kennedy, qui fit sa richesse en s’appuyant sur la Mafia, dans des opérations à la limite de la légalité, notamment grâce à des délits d’initiés; Cet homme très riche deviendra ambassadeur en Angleterre. Cette famille Kennedy devient l’autre fil conducteur du roman. Une famille qui ne trouve pas grâce aux yeux de Marc Dugain. Des hommes tous dépeints comme obsédés sexuels, courant après tout ce qui bouge….le mythe Kennedy, le coté glamour, Paris-Match est descendu en flammes. John Kennedy, Président des États Unis et son frère Ministre de la justice sont décrits comme des bons à rien, en proie au démon du sexe, partageant leurs maîtresses avec des mafieux, donnant une « image publique diamétralement opposée à sa vraie nature ».
Tous deux sont des hommes dangereux qui ont commis des erreurs politiques graves…qui auraient pu engendrer une troisième guerre mondiale, et après tout, s’ils ont été assassinés, c’était un peu la suite logique de leurs magouilles, selon Clyde Tolson, rapportant les pensées d’Edgar Hoover.
La politique associée à la Mafia 
On est bien loin du rêve américain, et des articles des magazines des années 60.
On navigue dans le monde du pouvoir, un monde glauque, fait de magouilles, de haines et de luttes d’influences, occupés par des hommes incompétents arrivés là grâce à la fortune d’origine douteuse de papa.
Certes c’est un roman mais s’appuyant sur des faits réels. On cherche malgré tout à distinguer la part d’Histoire dans ce qui nous est présenté. 
C’est ce qui le rend passionnant, mais glaçant…Et si tout était vrai….
Et très vite on pense à Donald Trump ….!


Quelques lignes 
  • « J’avais acheté ce manuscrit sans en avoir lu une ligne. Faux, il m’intéressait autant que vrai. S’il était apocryphe, la simple volonté d’un homme ou d’une organisation d’élaborer ce document suffisait à m’enthousiasmer. La prétendue objectivité d’un mémorialiste est aussi nuisible à la vérité que l’intention de fabrique des faits. Dans tous les cas, ce document était essentiel pour les recherches. » (P. 19)
  • « Les femmes aiment l’argent, et les hommes aiment les femmes, c’est assez pour comprendre le monde. » (P. 50)
  • « En autorisant les écoutes téléphoniques des personnes suspectées d’activités subversives contre les États-Unis au printemps 1940, le Président ne pouvait ignorer qu’Edgar allait en faire un usage extensif. Tout individu affichant des idées libérales l’était aussi. Enfin, critère qui prit une considérable importance avec les années, toute personne qui montrait des signes de faiblesse sans sa vie privée en pratiquant l’adultère ou l’homosexualité, était une personne dépravée. Elle pouvait dans des moments de perte de contrôle  révéler des secrets d’Etat, où se trouver plus facilement victime d’un chantage. » (P. 56-7)
  • « Il était devenu à sa façon consul à vie. Il avait su créer avec le Président le lien qui le rendait incontournable. Aucun ministre de la Justice ne pourrait désormais se comporter à son endroit en supérieur hiérarchique direct. Il devenait l’unique mesure de la pertinence morale et politique. » (P. 58)
  • « Les cimetières regorgent de gens à principes, morts comme les autres sans que jamais personne leur en soit reconnaissant. » (P. 104)
  • « Le communisme, c’était tout ce qui ne respectait pas la croyance en un Dieu unique et blanc veillant sur un État garant de la libre entreprise, offrant la réussite sociale à toute personne qui en valait la peine. » (P. 114)
  • « Ne pas se faire élire, c’est simplement perdre. Ne pas se faire réélire, c’est quelque chose de beaucoup plus blessant par le désaveu que cela représente. » (P. 171)
  • « Faire de la politique, c’est se mettre bien avec ceux qui mènent le monde, ceux qui décident, ceux qui ont le pognon. Si tu veux les ignorer, il ne te reste plus qu’à conquérir le peuple avec de grandes idées. Mais quand tu l’as endormi avec des leçons d morale de merde, il faut que tu sois toi-même irréprochable. » (P. 226)
  • « Cacher la vérité est un art abouti et nécessite une parfaite connaissance de celle-ci pour rester crédible. » (P. 263)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s