"Nouvel an" – Juli Zeh

« …..si ça ne tenait qu’à lui, il ne s’infligerait plus la vue du moindre sapin de Noël de toute sa vie »

Lui, c’est Henning, il habite à Göttingen en Allemagne et travaille dans une maison d’édition. Il est venu passer quelques jours de vacances, pendant ces fêtes de fin d’année sur l’île de Lanzarotte…Afin de fuir le mal-être qui l’oppresse en ce lendemain de réveillon (comme beaucoup d’entre nous sans doute) il loue un vélo et part faire une randonnée…besoin de s’isoler de quitter cette petite location de vacances dans laquelle ses deux gamins ne retrouvent pas leurs jouets et deviennent pénibles.

Il pédale contre le vent, tout en gravissant une montagne. Il n’a pas choisi la ballade la plus facile. Cela lui laisse tout le temps de penser à lui, à sa vie de couple qui bat de l’aile, son épouse a un peu trop dansé avec un inconnu, le soir du réveillon. Il pense à cette Chose, ce malaise, cette angoisse qui l’oppresse si souvent et ne le laisse pas tranquille…ce malaise dont il ne comprend pas l’origine. Souvent il lui arrive de penser qu’il finira ses jours en hôpital psychiatrique.

« À une autre époque, on aurait parlé de possession démoniaque – Henning aurait sans doute été exorcisé. »

Il ne fait pourtant pas partie des plus malheureux au monde. Il a un travail, une famille, il n’est pas dans le besoin. 

Il monte en forçant et en pensant, à cette vie. Il pédale, tenaillé par la soif qui lui coupe les jambes. Imprudent, il n’a pas pris de bidon d’eau.Le paysage est magnifique…Il arrive enfin au col, épuisé. Une vieille maison d’artiste…Là c’est certain il trouvera de l’eau.

Actes Sud ayant édité ce livre, on se doute que cette banalité, cet ennui presque des premières pages n’est que provisoire…

Et je n’ai pas été déçu.

Après avoir gravi ce col, on plonge vers l’enfer. On se rapproche de l’homme qui devient attachant. Il nous paraissait presque banal, il devient héros….On découvrira cette Chose, ce mal-être psychique qui lui gâche la vie, ce traumatisme enfantin qui le lie à sa sœur. Le livre devient angoissant. L’homme qui nous était relativement indifférent, devient l’enfant attachant..le livre prend la forme de ces polars psychologiques qui ne laissent pas le lecteur au repos.

Puis, tout s’éclaire !

Bref, la morosité des lendemains de réveillon, cette gueule de bois devient un vrai plaisir.

Je ne connaissais pas Juli Zeh. Je pense que je reparlerai d’elle 

Éditions Actes-Sud – Traduction : Rose Labourie – 2019 – 190 pages


Présentation de Juli Zeh


Quelques lignes

  • « …quand on n’a ni bac à Lego, ni petit train Brio, ni collection de peluches sous le coude, les vacances avec enfants sont absolument épuisantes. » (P. 15)
  • « La nécessité de contrôler ses pensées – c’est presque ce qu’il y a de pire dans la Chose. Henning n’est même pas sûr que l’hygiène mentale serve à quoi que ce soit. Pour éviter les mauvaises pensées, il court dans sa propre tête comme un chevreuil aux abois. Au fond, tout risque de rameuter la Chose. La salle de bains maternelle, par exemple. » (P. 37)
  • « Notre vie est aussi courte qu’un caillou est petit. » (P. 96)

Une réflexion sur “"Nouvel an" – Juli Zeh

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s