« Mes étoiles noires de Lucy à Barak Obama » de Lilian Thuram

Mes étoiles noires de Lucy à Barak ObamaUn livre passionnant et dérangeant
Passionnant car Lilian Thuram, ancien footballeur, nous prouve qu’il est aussi un écrivain en nous présentant 45 personnalités de Lucy, ancêtre noire de la race humaine jusqu’à Barak Obama, 45 personnalités plus ou moins connues, inconnues pour certains, qui ont toutes plus ou moins de sang noir dans les veines, Hommes de guerre, poètes, chefs d’états, sportifs (vélo, boxe, course..), écrivains, résistants, chercheurs, explorateur, chanteurs, pasteurs…. 45 personnalités pour démontrer, si besoin était que les noirs ont exactement les mêmes capacités, les mêmes possibilités que les blancs. Un livre de découverte, on se dit parfois : « Tiens il avait du sang noir! ».
Dérangeant, car il démontre que beaucoup reste à faire, notamment sur le plan de l’éducation pour vaincre ces préjugés racistes, donnant aux blancs telle ou telle capacité et aux noirs telle ou telle autre capacité, ainsi que sur le plan de l’intégration. Dérangeant car il démontre une responsabilité d’hommes politiques, d’États, de systèmes judiciaires, au cours des siècles. Mais aussi dérangeant pour chacun de nous quand il nous met face à certaines attitudes ou affirmations que chacun de nous peut avoir. Dérangeant aussi pour les noirs aussi, car il les encourage à ne plus se sentir dévalorisés, à ne plus avoir honte. Il reprend pour ceci la phrase de Ralph Ellison dans « Homme invisible pour qui chantes-tu? » : « Je n’ai pas honte que mes grands parents aient été des esclaves. La seule chose dont j’ai honte, c’est d’en avoir eu honte un jour »
Au delà des présentations de ces portraits Lilian Thuram nous fait part de ses réflexions pleines de bon sens, sur l’éducation et l’enseignement, le RAP, l’intégration des jeunes de banlieue, de ses coups de gueule, de son admiration pour ces hommes et femmes célèbres ou anonymes.
Un livre que j’ai lu trop rapidement, d’une traite, car je l’avais emprunté dans une médiathèque, ce que je regrette, car je m’y perd un peu dans les divers portraits. Un livre qu’il faudrait lire en laissant passer quelques jours entre chaque portrait. Je le relirai certainement
Un  travail très important de recherche et de documentation, servi par une belle écriture. Un livre d’éducation écrit par un militant, ancien membre du Haut Conseil à l’intégration et créateur en 2008 de la Fondation Lilian Thuram-Éducation contre le racisme.
Ne soyez pas indifférent à ce problème

Extraits

« De nombreux jeunes des cités sont d’autant plus torturés par le problème de leur identité qu’ils sont éloignés de leurs origines. Ils n’appartiennent pas à la case « émigré, on ne les place pas dans la case « français », mais dans la case « banlieue ». Leur revendication c’est « Respectez-nous! ». Leur obsession : trouver « de la tune » , toujours pour exister.
Vivant dans un flou identitaire, ils se sentent plus proches d’un jeune de Harlem, de Brooklyn, de South Los Angeles que de n’importe quel voisin du centre-ville. Les quelques éléments unificateurs dont ils disposent se trouvent dans la culture américaine hip-hop, le rap en particulier.
La culture rap est très clairement une guerre d’existence, d’affirmation. A la différence de la « rock attitude », contestation du monde des adultes, elle est un monde autre. Il ne s’agit plus de faire de la musique ou de chanter, mais de crier qu’on est : des individus qui n’ont rien, un tiers-monde dont les parents n’ont pas été respectés, ne le sont toujours pas, un tiers monde dont la couleur dérange, dont le numéro 93 fait peur, un monde ramené à ses seuls incendies de voitures, ses trafics, ses tournantes. Un monde vu comme « l’ennemi de l’intérieur » » (P.359)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s