« Karoo » – Steve Tesich

Karoo J’ai un avis mitigé quant à ce livre encensé par beaucoup de lecteurs. Un personnage qui est un peu la caricature des héros des polars américains : Menteur, coureur de jupons, en instance de divorce, alcoolique mais jamais saoul, fumeur, « trafiquant de roulures », comme le définit sa femme, un personnage qui ne communique pas avec son fils étudiant en université. Nous sommes au début des années 90, Ceaucescu vient de tomber, comme le mur de Berlin.Mais ce livre n’est pas un polar, le personnage principal Saul Karoo,  » reprend des scénarios écrits par d’autres ». Il « coupe ce qui est en trop, polit ce qui reste » c’est un « écrivaillon doté d’une plume qui a fini par être considéré comme un talent ». Il a pourtant envie d’écrire son propre scénario, un film mettant en scène Ulysse, navigant dans l’espace sur un bateau à voile pousse par les vents solaires. Il a de l’argent, le dépense en pourboires dans les bars..
Un producteur lui demande de réécrire un film, véritable chef d’oeuvre, réalisé par un maître du cinéma mourant. Tout bascule. Il part à la recherche d’une actrice, qui tient un tout petit rôle dans ce chef d’œuvre : celui d’une serveuse de bar. Il a cru reconnaître son rire…..

N’en disons pas plus, ce serait dévoiler le fil conducteur de ce livre.

Cette caricature de personnage de polar américain, ne m’a pas « séduit ». Certaines longueurs dans ce livre m’ont un peu découragé, amis je me suis accroché. À la fin, j’ai commencé à éprouver de la sympathie pour le personnage. Les repas, au cours desquels il boit, les scènes dans les bars, et toutes les occasions où il boit sans jamais être saoul, en feignant l’ivresse, pour faire comme tout le monde, m’ont lassé ne m’ont rien apporté.
Le côté un peu « mélodrame » de ce livre m’a déçu. Au vu des critiques formulées je m’attendais à autre chose


Plus sur Steve Tesich


Extraits

  • « Un homme comme moi, incapable de jouer correctement le rôle d’un homme, ne devrait pas tenter de jouer à Dieu avec la vie des autres »

  • « Tant de vies avaient été sacrifiées au fil des années au nom de l’Art, qu’il était grand temps pour l’Art, d’être sacrifié au nom de la vie de quelqu’un »

  • « Si Dieu devait se révéler maintenant et avec lui une poignée de vérités incontestables, presque tous ces livres disparaîtraient
    La section « Philosophie » disparaîtrait.
    Tous les livres de l section « Religion » seraient retirés des étagères.
    Adieu, la physique et l’astrophysique. Adieu les sciences et la section « Sciences » une poignée de vérités venant de Dieu rendrait tous les livres jamais écrits sur les sciences totalement superflus.
    La section « Voyages » resterait »

  •  » Je reprends des scénarios écrits par d’autres. Je réécris. Je coupe et je polis. Je coupe ce qui est en trop. Je polis ce qui reste. Je suis un écrivaillon doté d’une plume qui a fini par être considéré comme un talent ».

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s