Alain Mabanckou

« La lecture, comme tout acte d’amour, nécessite de la tendresse, de la finesse et de l’originalité. On doit courtiser un livre, de la même manière qu’on courtise une femme, jusqu’à mériter sa complicité, afin de vivre avec, pour le meilleur et pour le pire….le mariage avec les livres est la seule union qui ne souffre pas du délit d’adultère  » (« Les petits-fils nègres de Vercingétorix » – P.35) 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s