Dany Laferrière

« J’ai toujours pensé
Que c’était le livre qui franchissait
Les siècles pour parvenir jusqu’à nous.
Jusqu’à ce que je comprenne
En voyant cet homme
Que c’est le lecteur qui fait le déplacement.
Ne nous fions pas trop à cet objet couvert de signes
Que nous tenons en main
Et qui n’est là que pour témoigner
Que le voyage a bien eu lieu. » (« L’énigme du retour » – P. 32)

 
« Les gens lisent pour se chercher et non pour découvrir un autre. » (« L’énigme du retour » – P. 33)
 
« Pour écrire un roman, j’explique à mon neveu
avec un sourire en coin
qu’il faut surtout de bonnes fesses
car c’est un métier
comme celui de couturière
où l’on reste assis longtemps. » (« L’énigme du retour »  – P. 108)
 
« Tout bon écrivain commence par être un critique impitoyable. » (« L’énigme du retour »  – P. 113)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s