Aurèle Patorni

Libraire et écrivain français né à Paris en 1880, décédé en 1955

Biographie :

Fils d’un capitaine, Aurèle Patorni, qui tint une librairie près des Champs-Élysées au lendemain de la Première Guerre mondiale, épousa Régina Casadesus, artiste qui mena de front piano et clavecin et obtint de grands succès.

Dès la fin des années vingt, il adhéra à la Ligue des réfractaires à toute guerre et collabora à son organe Le Réfractaire (Paris, 1927-1932), à l’hebdomadaire pacifiste la Patrie humaine (Paris, 1931-1939) lancé par Victor Méric, Louis Loréal, Roger Monclin et Robert Tourly, à La Clameur (Paris, 1932-1936) organe de l’Union des intellectuels pacifistes. Il collaborait également au périodique néo-malthusien d’E. Humbert, la Grande réforme (1931-1939), à l’Insurgé – le vrai (1937) de Gérard Leretour, à l’Almanach de la Paix en 1934, à La Revue anarchiste (1929-1936) de F. Fortin, à La Voix libertaire (Limoges, 1929-1939) organe des fédéralistes anarchistes, au Libertaire, organe de l’Union anarchiste. Lors de la guerre d’Espagne, il s’associa aux efforts de Louis Lecoin lorsque ce dernier fit paraître SIA (1938-1939), organe de la Solidarité internationale antifasciste auquel il collabora. Lords de la retirada en février 1939, il participa avec Emilienne Morin et Maurice Jacquier à une série de meetings de la SIA, à Paris en région parisienne, pour récolter des fonds et de l’aide pour les réfugiés espagnols internés dans les camps du sud de la France. Il demeurait alors 112 boulevatd Malesherbes. Il était également membre de l’Union de la jeunesse prolétarinne (UJP) fondée début 1939 sous l’égide de l’Union anarchiste. En juillet 1939, il fut poursuivi et condamné avec César Fauxbras à la suite d’articles en faveur du contrôle des naissances parus dans SIA.

Orateur apprécié, il entreprit durant l’entre-deux-guerres, de nombreuses tournées de conférences et il eut un certain succès comme romancier avec Le Nouveau chemin et surtout Le rire dans le cimetière publié en 1932 aux éditions de l’En Dehors. Il écrivit également des pièces de théâtre comme La Grande retape. Enfin, il publia plusieurs recueils de poèmes (l’Amour c’est être deux, Le Fou, Échappements libres, etc…) des opérettes et des chansons d’enfants dont sa compagne composait la musique.

Après la Libération, il poursuivit sa collaboration à la presse libertaire notamment au Libertaire l’organe de la Fédération anarchiste, à Ce qu’il faut dire (1944-1948) de L. Louvet, à L’Homme et la vie (1946) de Manuel Devaldes et à la revue Défense de l’homme (1948-1976)

Ses romans

Dans Mesbelleslectures

notes-dun-embusque

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s