« L’empreinte de l’ange » – Nancy Huston

« Mai 1957. La France est en pleine effervescence…. »

Premiers mots d’un prologue lus devant la boite à livres dans laquelle je venais de le dénicher…premiers mots en résonance avec les premiers souvenirs clairs du gamin que j’étais.

Mais 1957 : j’atteignais l’âge de raison, l’âge de la fin de l’innocence, l’âge où chacun commence à comprendre. 

Saffie est une jeune femme à la recherche d’un emploi. Elle se présente chez Raphaël Lepage qui cherche une femme à tout faire.

Raphaël est un flûtiste professionnel souvent absent, pour cause de concerts. Très rapidement il se marient contre l’avis de la mère de Raphaël, qui hait les « boches »…Saffie est allemande…

1957, les allemands étaient encore pour beaucoup, des « Boches »..et les algériens contre lesquels le gouvernement envoyait les appelés, en renvoyaient certains dans de sinistres cercueils….

Les algériens vivant en France étaient parfois tués lors de « ratonnades » organisées  dans certains quartiers…..Nombreux étaient ceux qui ne n’employaient pas le mot « algérien »…non le racisme était roi. Je m’en souviens.

Saffie s’ennuie dans son appartement parisien, sa belle-mère ne l’aime pas, Raphaël est souvent absent, et Emil, leur bébé n’arrive pas à ôter son mal-être.

Elle semble étrangère au monde qui l’entoure, indifférente aux événements…

Même les premiers gazouillis d’Emil n’arrivent pas à lui donner un bonheur perceptible….elle reste spectatrice d’un monde dans lequel tout lui semble étranger. 

Mais le hasard s’en mêle….je vous laisse le découvrir. Raphaël lui confie une flûte à faire réparer : « ….mi-avril 1958. Or, ce jour-là, tout bascule. »

Nancy Huston contemporaine de l’époque ne connaissait pas encore Paris, et pourtant elle a su dépeindre ses vieux quartiers aujourd’hui démolis, ses halles, ses artisans de fonds de cours, cette époque et ses actualités, cette atmosphère…une nostalgie qui m’a touché, une nostalgie si proche de la mienne. 

Aucun de ses personnages n’est simple…chacun a sa part de mystère, de complexité, de violence même que progressivement nous découvrirons.

Un bonheur de lecture que j’ai très rapidement partagé..le livre est définitivement parti entre les mains d’un ami…je lui ai demandé de le transmettre à d’autres lecteurs…connus ou inconnus.

Il doit vivre…

Éditions Actes-Sud – Babel- 1998 – 328 pages


Lien vers la présentation de Nancy Huston


Quelques lignes

  • « Il est fou de bonheur à l’idée que cette jeune femme impénétrable va venir habiter sous le même toit que lui ; c’est pourquoi il guette son retour sans même prendre la peine de se cacher, se tenant sur le balconnet de la fenêtre, taraudé par l’idée qu’elle pourrait ne pas revenir, qu’elle pourrait disparaître aussi mystérieusement qu’elle a surgi… voire qu’il a pu halluciner sa visite. » (P. 29)
  • « C’’est pittoresque, le pont des Arts, c’est la plus jolie passerelle de Paris, on y croise des accordéonistes aveugles ou des joueurs d’orgues de Barbarie, singe sur l’épaule, des peintres en béret et en blouse, installés devant leurs chevalets en train de croquer le Pont-Neuf, la jolie pointe verdoyante de l’île de la Cité – et même, au-delà, en arrière-fond, les tours de Notre-Dame… » (P. 136)
  • « C’est ici, dit-il, que l’ange pose un doigt sur les lèvres du bébé, juste avant la naissance – Chut ! – et l’enfant oublie tout. Tout ce qu’il a appris là-bas, avant, en paradis. Comme ça, il vient au monde innocent…. » (P. 191)
  • « Ce qui s’étend sous leurs yeux, de l’autre côté du boulevard, brun et gris et noir à perte de vue, ce n’est ni Bombay ni São Paulo, c’est Nanterre, proche
    banlieue de la Ville Lumière. Population musulmane à près de cent pour cent. Toits en tôle maintenus en place par de gros cailloux ou des bacs en plastique. Murs de parpaings. Carcasses de camions et de wagons arrachés à la ferraille. Épaves de voiture. Chiens errants. Débris et détritus. Boue partout. Linge qui pend. Flaques d’eau couvertes de mouches. » (P. 264) 

Une réflexion sur “« L’empreinte de l’ange » – Nancy Huston

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s