« Chroniques de l’oiseau à ressort » – Haruki Murakami

Chroniques de l'oiseau à ressortLa vie banale d’un homme jeune qui ayant démissionné de son travail de secrétaire dans un cabinet juridique est bouleversée par la disparition du chat.

Début d’un roman foisonnant ou plutôt comme le décrit Murakami d’un « puzzle en 3 dimensions », un puzzle mais aussi un monde onirique, et fantasque dans lequel les personnages et les situations se croisent. Un monde dans lequel, poésie, rêve, violence, politique, histoire du Japon, vie quotidienne, relations amoureuses, érotisme, fantasme, fantastique, monde du travail se mêlent….Un roman dans lequel l’auteur nous fait passer du comique à l’horreur et à la violence la plus cruelle, de la poésie et de l’imaginaire au quotidien le plus banal. Il nous force à nous interroger sur le sens de la vie, le désir, la motivation, le pouvoir, la vie de couple….

Résumer ce livre comme beaucoup de romans de Murakami est impossible, à partir d’un point de départ banal, l’auteur nous entraîne dans un labyrinthe, dans son imaginaire …..On se laisse aller, en s’interrogeant : « où nous emmène t’il? »…On se dit : tiens j’ai déjà lu une situation comparable.. ah non! c’était pour un autre personnage…..Il marque des petites croix sur les murs… on ne s’y perd pas, et on prend plaisir à lire ce puzzle dans lequel « Tous les éléments s’entremêlent comme les pièces d’un puzzle en trois dimensions. Un puzzle où la vérité n’était pas forcement la réalité et la réalité n’était peut-être pas la seule vérité ».

Encore un Murakami, que l’on dévore


Plus sur Haruki Murakami


EXTRAITS

  • La curiosité c’est  comme un ami avec qui on se sent bien mais à qui on ne peut pas se fier. Elle peut t’inciter à faire des choses mais en en temps voulu elle disparait. Et alors tu es obligé de rassembler ton courage pour continuer (P81)
  • Il faut investir sans hésiter dans des gens qui en valent la peine et leur donner leur chance. Mieux vaut dépenser son argent pour des choses qui s’achètent, sans trop se soucier des pertes ou des profits et garder son énergie pour ce que l’argent ne peut acheter (P 139)
  • La motivation est pour ainsi dire la racine du désir. l’essentiel constitue à trouver cette racine. Il faut creuser sous la surface complexe de la réalité. Creuser à l’infini. Creuser encore et encore, jusqu’à ce que vous arriviez au bout de cette racine. Et si vous procédez ainsi, tout finira par s’éclaircir. Voilà comment fonctionne le monde. Les imbéciles n’échappent jamais à la complication apparente. ils marchent à tâtons dans les ténèbres, à la recherche de la sortie, et meurent sans avoir compris la manière dont fonctionne le monde. Exactement comme s’ils étaient perdus au fonds d’un puits ou d’une jungle. et s’ils sont ainsi désorientés, c’est parce qu’ils ne comprennent pas le principe des choses. Ils n’ont rien d’autre dans la tête qu’un fatras de connaissances ou des cailloux (p 287)
  • Si les hommes vivaient éternellement, s’ils ne disparaissaient jamais, s’ils pouvaient rester pour toujours dans ce monde, en bonne santé, sans vieillir, tu crois qu’ils se tritureraient les méninges pour réfléchir? Nous tu vois on réfléchit sur tout, plus ou moins : philosophie, psychologie, logique. Religion, littérature. Est-ce que ces pensées, ces notions compliquées existeraient sur cette terre si la mort n’existait pas?….Je panse que les gens sont obligés de réfléchir sérieusement au sens de leur vie, précisément parce qu’eil savent qu’ils vont mourir un jour.. Qui réfléchirait sérieusement au sens d’être vivant, si on pouvait le rester indéfiniment? Quelle en serait la nécessité? (p. 305)
  • « La vérité n’est pas forcément la réalité et la réalité n’est pas forcément la seule vérité » (P 640)

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s