« Le quatrième mur » – Sorj Chalandon

Le quatrième murSamuel Akounis  se définissant comme « Juif de Salonique, devenu grec par l’exode, français de préférence et metteur en scène parce que lorsque je n’ai plus d’idée, j’invente un personnage », souhaite monter « Antigone » d’Anouilh à Beyrouth. Les acteurs appartiendront à toutes les factions et pour la préparation et le spectacle oublieront leurs fusils. Pour lui, « monter Antigone sur une ligne de feu allait prendre les combats de court. Ce serait tellement beau que les fusils se baisseraient ».
Hospitalisé, car il lutte contre un cancer en phase terminale , il demande à son ami de fac, Georges avec lequel il a fait le coup de poing contre les étudiants d’Ordre nouveau, d’aller à Beyrouth pour monter à sa place cette pièce de théâtre.
Pourquoi Antigone ? Ce serait un beau clin d’œil à l’histoire puisque cette pièce a été montée dans des conditions identiques pendant l’occupation. Georges découvre cette ville, sa situation complexe : il va connaitre les barrages dans les rues et les laissez-passer, les snippers, la boule dans le ventre, le danger permanent. Il doit marcher sur la pointe des pieds pour convaincre Chrétiens, Musulmans, Chiites, Palestiniens….d’accepter l’ambitieux projet de son ami Samuel.
Allers retours vers Beyrouth, tractations avec les acteurs, si certains se reconnaissent dans les personnages d’autres rechignent compte tenu de leur religion à tenir tel ou tel rôle.
Tous cependant acceptent ce challenge et arrivent à être côte à côte, à parler pendant ces quelques heures de préparation sans se battre en laissant leurs armes à la porte.
Mais la guerre omniprésente reprendra ses droits. Georges sortira fortement traumatisé par cette expérience, par ses visions d’horreur.
Une tragédie autour de la tragédie d’Anouilh. L’auteur aussi a, à l’occasion d’entretiens, confirmé que cette période de sa vie de journaliste reporter à Beyrouth l’a fortement marqué. Il réussi dans ce livre à transmettre ses tensions, ses peurs…

Un livre que je n’ai pas pu lâcher, que j’ai dévoré, qui m’a marqué. Un livre dense, plus troublant, plus dérangeant que « Retour à Killybegs » ou « Mon traitre ». Je le relirai certainement dans un an


 Plus sur Sorj Chalandon


 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s