Jón Kalman Stefánsson

« Il existe des livres qui vous distraient, mais ne remuent en rien les destinées profondes. Ensuite il y a ceux qui vous amènent à douter, ils vous apportent l’espoir, élargissent le monde et vous font peut-être connaître le vertige. Certains livres sont essentiels, d’autres simplement  distrayants  » (« La tristesse des anges  » – P. 34)

 “Les poèmes ont sans doute le pouvoir de sauver le monde, mais ceux qui les lisent sont si peu nombreux et leur nombre va diminuant : ils sont une ethnie en voie d’extinction. On devrait d’ailleurs leur accorder le statut d’espèce protégée et il faudrait que l’UNESCO pense à les inscrire au patrimoine de l’humanité ” (“D’ailleurs, les poissons n’ont pas de pieds ” – J – P. 407)

« Où résident le bonheur et la plénitude, si ce n’est dans les livres, la poésie et la connaissance ? » ( « Le cœur de l’homme » – P. 65)

« Peu importe le sujet des livres […..] et celui-là, comme tous les livres véritables parle de ce que signifie être un homme, et il dit que c’est vraiment difficile »  ( « Le cœur de l’homme » )

« La lecture élargit l’horizon de la vie, la vie devient plus grande, elle devient autre chose, c’est comme si on possédait une chose que personne ne pourra jamais nous enlever, et ca vous rend plus heureux. » (« Le cœur de l’homme » – P. 166)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s