Luis Sepúlveda

« Il n’est pas de plus grande satisfaction que de recommander un livre que l‘on aime, que l’on relit souvent en accomplissant le rituel du choc de deux états d’esprit -ainsi que Papa Ernest définissait l’acte de lire – et en quittant ses pages avec l’agréable sensation d’avoir rendu visite à un ami chez qui les portes sont toujours ouvertes et où se trouve une gourde débordante de vin, d’amitié et d’histoires. » (« Une sale histoire – Sur le vieil homme et la mer – P. 56)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s