« Cristallisation secrète » – Yôko Ogawa

Cristallisation secrèteCe roman fantastique a pour cadre une île du Japon, une île isolée du reste du monde : le ferry ne fonctionne plus. Des objets disparaissent brusquement de cette île et de la mémoire des habitants : les parfums, les oiseaux et tous les documents relatifs aux oiseaux, les roses, les graines, les livres brûles en autodafés…. On ne sait pas pourquoi ces disparitions arrivent, qui les décide…chaque disparation s’accompagne d’un trou dans les cœurs. Tous acceptent ces états de faits, sauf quelques irréductibles qui se cachent et qui conservent secrètement les objets disparus, interdits, et qui surtout conservent la mémoire de ces objets ou êtres vivants disparus.

Lire la suite

« Le petit joueur d’échecs » – Yoko Ogawa

Le petit joueur d'échecsUn gamin, handicapé – il a les lèvres soudées à la suite d’une malformation de naissance mal corrigée – et solitaire rencontre un autre handicapé obèse quant à lui, incapable de se déplacer, vivant dans un autobus dont il ne peut sortir du fait de sa taille,  et donc également solitaire qui devient son ami et lui apprend les subtilités et la philosophie du jeu d’échecs. Progressivement il devient « Little Alekhine » en référence au  maître des échecs, Alexandre Alekhine, joueur franco-russe, en développant son propre jeu : Il se positionne sous l’échiquier et reconnait les déplacements des pièces à leur mélodie. Son maître lui dit : « Les échecs se pratiquent à deux, l’adversaire et soi-même, c’est une mélodie que l’on interprète à deux. C’est pourquoi, un jeu aussi pur que le tien est réduit à néant si le son de l’adversaire est brouillé. Moi je ne veux pas te voir jouer ainsi. Toi tu es capable de jouer de telle sorte que tout le monde en a le souffle coupé. Sur l’échiquier, non, sous l’échiquier tu peux graver un poème »

Lire la suite

« La formule préférée du professeur » – Yôko Ogawa

La formule préférée du professeurUn professeur de mathématiques perd la mémoire, à la suite d’un accident de la circulation. A 64 ans, il ne ne souvient que des quatre-vingt dernières minutes, et pour conserver un mémoire plus ancienne, il épingle des petits papiers sur ses vêtements   » ses petits papiers accrochés à sa veste et qui font du bruit quand il se déplace. » Il garde cependant, sans note, quelques souvenirs anciens de base-ball. Il a conservé toutes ses facultés pédagogiques, son amour et ses capacités de réflexion pour les mathématiques

Lire la suite